Justice Environnementale : Terrains en lutte

Journée d’étude,  7 décembre 2015 de 9 h à 17 h,
Salle des examens, Université Saint-Louis, 1000 Bruxelles

L’argument

La revendication d’« Environmental Justice » est née aux États-Unis, au sein de luttes qui concernent directement des questions de distribution et de répartition des nuisances environnementales : luttes autour de l’installation, dans des quartiers pauvres, d’usines, de centrales électriques, d’installation routières, voire l’implantation de quartiers résidentiels sur des zones polluées. Le constat initial souligne que les minorités sociales les plus défavorisées (que ce soit pour des raisons ethniques et/ou économiques) sont plus soumises aux pollutions et aux nuisances environnementales que d’autres groupes sociaux. La lutte s’organise pour que ce ne soit pas toujours les mêmes qui subissent les nuisances et se voient privés d’un accès à un environnement sain et à ses avantages. Depuis lors, la préoccupation d’EJ continue à alimenter ces luttes, mais aussi les recherches sur des terrains de plus en plus variés, allant des dégradations directes de l’environnement à la possibilité de bénéficier d’un espace pour cultiver ses propres légumes. Transposé dans le milieu universitaire, mais toujours ancré dans ces luttes, l’Environmental Justice devient un concept inclusif et se complexifie, mettant en relation une grande complexité sociale et une grande complexité environnementale. Il tisse sur des mêmes terrains des questionnements multidisciplinaires liant justice sociale, écologie, agriculture urbaine, accès aux ressources, racisme, etc.

Ce concept-revendication a eu moins de succès et est moins ancré dans des luttes en Europe (et particulièrement dans le monde francophone). Les chercheurs et activistes qui veulent faire vivre les tensions que l’Environmental Justice met en jeu doivent immanquablement recourir à des exemples américains, comme celui de Love Canal. Le risque qui réside dans l’utilisation de ces exemples venus d’« ailleurs » — comme les États-Unis — est de considérer que la situation est alors meilleure « chez nous », un risque de complaisance.

Alors que se négociera l’avenir du Climat dans la COP21, nous souhaitons tenter, lors de cette journée, de faire exister l’Environmental Justice en tension entre ces exemples venus d’ici et d’ailleurs. Quelles histoires, quelles pratiques ou expérimentations radicales raconter pour que l’EJ ne concerne pas toujours un autre continent, et puissent — peut-être — nourrir nos terrains ?

Ces questions seront adressées selon deux modalités. Tout d’abord, nous poserons la question de ce transfert des États-Unis vers l’Europe. Comment le concept s’est-il développé aux USA et comment s’est-il transformé en migrant vers l’Europe ? Comment l’a-t-on traduit, transformé, utilisé ici ?

La seconde modalité mobilisera des histoires et de cas concrets qui mettent en avant et interrogent la pertinence pratique et théorique de l’Environmental Justice pour les luttes et les revendications européennes. Comment faire exister les tensions et les questions que porte l’Environmental Justice en Europe, à partir de récits qui mettent sa pertinence à l’épreuve ?

Les intervenants

Erik Swyngedouw (Professor of Geography, Manchester University)

In the last thirty years, new insights have been generated by the environmental justice and urban political ecology movements, involving both activists and academics. Yet their political performativity remains unresolved. This raises questions about where to go from here?

Hélène Schmutz (Maître de Conférences, Université de Savoie, Chambéry).

L’utilisation du terme « Environmental Justice » dans le combat pour le maintien de la ferme de South Central à Los Angeles (1994-2006) et la circulation du concept entre la société civile et les instances gouvernementales.

Caroline Lejeune (Doctorante Science Politique – Sciences Po Lille)

Les mobilisations de la Zone de l’Union à Roubaix portées par des ouvriers, travailleurs sociaux et écologistes. La transformation ainsi que l’hybridation des revendications, jusque là éloignées d’enjeux écologiques, lorsqu’il s’est agi de se positionner sur ce projet d' »ecoquartier exemplaire ».

Jeanne Pourias (Docteure en agronomie et sciences de l’environnement AgroParisTech)

L’Europe du Sud est-elle un lieu d’émergence pour des luttes EJ? Des initiatives d’agriculture urbaine dans des quartiers délaissés de Séville, aux jardins populaires et collectifs de Paris, pour revisiter la question des inégalités d’accès à l’alimentation et le partage des connaissances.

 Programme Journee Environmental Justice Terrains en Lutte


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *