« Faire preuve » face aux nuisances industrielles

Historiquement beaucoup de luttes ont eu tout d’abord à montrer l’existence réelle d’un problème, qu’il soit sanitaire ou autre. Il était souvent nécessaire de faire reconnaître qu’une situation déviait d’une norme, augmentant le nombre de cas d’une maladie par exemple.

Un des cas emblématiques de ce travail de la preuve fut celui de « Love Canal » aux Etats-Unis, où une banlieue entière a été construite sur un site d’enfouissement de déchets toxiques, donnant lieu à d’impressionnants problèmes de santé. Ce cas, parmi d’autres, est également initiateur de la question de la justice environnementale, liant les questions de pauvreté et d’écologie.

Mercredi 11 mars, 14h30 – 17h30 à l’Université St-Louis Bruxelles
Love Canal, introduit par Nicolas Prignot & Benedikte Zitouni

_____

Nous travaillerons ensuite deux textes d’historiens de l’environnement, ayant travaillé sur des crises anciennes, qui montrent à quel point la prise en compte de notre environnement n’est pas une invention des années ’60. Nous recevrons Jean-Baptiste Fressoz et Alexis Zimmer. Tous deux ont exploré comment des cas peuvent être oubliés, ou ignorés, ce qui rend les luttes toujours plus insignifiantes.

Mercredi 1er avril, 14 -17h à l’Université Libre de Bruxelles
Le brouillard mortel de la Meuse (années 1930), par Alexis Zimmer

_____

Jeudi 30 avril, 13 -16h à l’Université Saint-Louis Bruxelles
L’industrie chimique et la compensation des dommages environnementaux au 19e siècle, par Jean-Baptiste Fressoz

_____

Mercredi 20 mai, 14h30 – 17h30 à l’Université Libre de Bruxelles
Le cas de Mellery et autres histoires bruxelloises : atelier d’écriture

Engis - copie

Nous proposons également d’explorer un cas belge récent : celui de la décharge de Mellery, qui servit pendant des années de site d’enfouissement illégal de déchets industriels. Nous aimerions faire de ce cas ou d’autres qui seraient évoqués lors des séances précédentes l’objet d’une expérience d’écriture collective. Nous travaillerions donc ensemble à partir de quelques textes, de quelques bribes et archives, afin d’explorer la possibilité de rendre à nouveau le cas de Mellery politique et ainsi ne pas le renvoyer à une simple anomalie qui a été réglée une fois pour toutes.

Les écrits (anonymes) des participants:


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *