Tous les articles par ecobxl

Terrestrialité

Le front de la modernisation est né avec la construction des Etats européens, l’avènement des sciences modernes et la colonisation entre les 15e et 17e siècles ; il a profondément transformé nos rapports aux territoires. Ce diagnostic date. Peut-être remonte-t-il à l’éclosion des mouvements de libération dans les pays colonisés, ces années où l’on a plus ou moins cessé d’exotiser les rapports « autres » au territoire pour insérer ceux-ci dans une histoire longue de conquêtes et de dévastations. Peut-être a-t-il été posé dès le départ, depuis le début de la colonisation, grâce à ceux et celles qui sont resté.e.s attaché.e.s aux territoires non modernes et qui ont dénoncé la destruction de ceux-ci, l’éviction des peuples qui les habitent, autant d’opérations menées au nom du développement et du progrès, et ce encore aujourd’hui. Peut-être aussi ce diagnostic s’est-il appuyé sur les résistances locales au déploiement de la révolution industrielle. En tout cas, rares sont ceux et celles qui contesteraient le fait suivant : la modernisation repose sur une rupture des liens avec le terrain vivant et avec les autres êtres dont nous dépendons ; elle a inséré des prothèses de plus en plus nombreuses entre les humains et la terre pour, in fine, rendre les premiers – ceux qui se sont considérés comme vainqueurs – insensibles à la destruction de la seconde.

Le constat a été largement étayé et documenté. Il y a ceux et celles qui attirent l’attention sur l’abstraction du territoire c’est-à-dire sur l’imposition par l’envahisseur et/ou le capitaliste d’une terra nulla qui est une terre conçue comme vide a priori, comme simple espace euclidien, métrique et aliénable. Cela nous mène des travaux de Henri Lefebvre et de Michel de Certeau dans l’après-guerre à ceux de William Cronon et de Deborah Bird Rose aujourd’hui, pour ne citer que quelques auteur.e.s, tant le thème est présent.

Il y a celles et ceux qui s’en prennent plutôt à la compartimentalisation et la division hiérarchique du terrain de vie, entre les sphères économique et sociale, les règnes du vivant et de la matière morte, les domaines de la culture et de la nature, … et autres coupures historiques qui ont peu à peu détaché les humains modernes des lieux et pratiques de subsistance. A ce sujet, voir les écrits de Karl Polanyi jusqu’à ceux d’Anna Tsing aujourd’hui, en passant par Carolyn Merchant et Donna Haraway, parmi beaucoup d’autres.

Il y a ceux et celles qui abordent la question des structures symboliques, ontologiques et cosmologiques qui formatent les rapports au territoire de façon à favoriser ou non les liens affectifs aux matières et autres êtres vivants. Ces auteur.e.s mettent l’emphase sur le façonnage de véritables « mondes » divergents (nous pensons aux travaux de Philippe Descola, revisitant ceux de Claude Levi-Strauss, mais aussi à l’ouvrage récent de Nastassja Martin).

Trois mots-clés donc – abstraction, division, représentation – qui nous introduisent à chaque fois dans un champ d’enquêtes passionnantes sur les territoires et qui nous permettent de mieux articuler, de mieux saisir, l’insensibilité si caractéristique des rapports (modernes) à l’environnement.

Mais aujourd’hui, il nous semble que ces écrits montent d’un cran leur caractère prescriptif. De nombreux auteur.e.s et acteur.e.s en appellent à développer une sensibilité au territoire, à expérimenter d’autres rapports aux vivants, à augmenter la capacité à observer, à retisser des attaches et, en somme, à revenir sur terre (voir les traductions des livres d’Eduardo Kohn et de David Abram, l’anthologie sur l’éco-féminisme d’Emilie Hache ou le dernier livre de Bruno Latour, tous publiés entre 2013 et 2017). Un déplacement a lieu, comme le font remarquer les auteur.e.s d’A nos amis (2014) : « Il a fallu déserter le rituel des contre-sommets […] pour s’attacher aux territoires vécus » (pp. 228-229). Ces auteur.e.s précisent qu’ils, elles, sont nombreux.ses à avoir réussi à s’arracher de l’abstraction du global mais qu’il leur faut maintenant apprendre à résister à l’attraction du local (tout en ne lâchant pas les territoires). Voilà un beau point de départ pour notre séminaire c’est-à-dire qu’il s’agit là d’une question qui nécessite de l’élaboration collective : comment apprendre à s’attacher au territoire vécu c’est-à-dire à le cultiver, à l’aimer et à le défendre, sans se fermer sur, ni cloisonner, ce même territoire ? Comment apprendre à le faire sans prétendre savoir à l’avance quels sont ces territoires auxquels on est attaché.e, ni le sens que prennent les termes de « local » ou de « global » précisément ? Qui plus est, comment le faire dans les villes dont le territoire procède, plus que partout ailleurs, de la modernisation ?

Nous proposons d’y répondre en nous intéressant à la terrestrialité c’est-à-dire à l’ensemble des qualités de ce qui est terrestre[i]. Ces qualités sont encastrées, pliées, dans nos lieux de vie mais il faut apprendre à les voir, à les déceler, à les apprécier, et ainsi à terrestrialiser les descriptions et les enquêtes territoriales. Selon nous – c’est une découverte amenée par les recherches menées dans les potagers et les visites organisées l’année passée[ii] – une des pistes consiste à apprendre à reconsidérer des champs de savoir et de savoir-faire qui ont été largement sous-estimés, écartés, dénigrés, évincés,… parce que n’étant pas assez critiques ou politiques aux yeux des militant.e.s et des chercheurs en sciences humaines. Il s’agit de l’histoire populaire, de l’archéologie locale, du folklore et de l’étude des us et coutumes mais aussi de la botanique, des observations des naturalistes, des rapports des ornithologues ou des écrits que les Américain.e.s états-unien.ne.s appellent la nature writing. Le séminaire mise sur ces savoir-faire le plus souvent populaires et pratiqués par des amateurs parce qu’ils offrent des descriptions minutieuses capables d’épaissir les rapports aux territoires. La botaniste tout comme le folkloriste décèle des qualités, de l’agentivité et des histoires supplémentaires dans les lieux de vie.

Concrètement, nous proposons d’explorer la différence que peuvent faire ces savoir-faire dans le rattachement, les luttes et les enquêtes de récupération des terrains de vie en détectant plus précisément : (1) à quels usages et pratiques territoriales ils pourraient nous rendre sensibles ; (2) à quels héritages et histoires du passé ils pourraient nous introduire ; (3) dans quelle mesure la connaissance et les attaches terrestres permettrait d’opposer à la planification moderne, un territoire habité et valorisé autrement. Le séminaire démarre avec une séance de lecture et de problématisation. Puis suivent trois séances de présentation d’enquêtes menées dans des territoires menacés, où les savoir-faire populaires ont été, sont ou pourraient être en jeu. Nous terminons par un atelier où nous tenterons une expérience d’écriture et/ou d’enquête terristrielle sur des territoires et des cas qui auront émergé tout au long du séminaire : comment se rendre sensible au territoire ? 

Programme

  • Lundi 19 février 14h-17h, à l’USL-B : séance de problématisation et de présentation de lectures autour de la notion de « Terrestrialité », organisée par Chloé Deligne et Benedikte Zitouni, membres du groupe Ecologies de Bruxelles. Cette séance aura lieu au local 4015 à l’Université Saint-Louis Bruxelles, boulevard du Jardin Botanique 43, 1000 Bruxelles.
  • Lundi 5 mars 14h-17h, à l’ULB : Alèssi Dell’Umbria présentera ses recherches menées au Mexique, en France et en Italie. Ainsi, il est l’auteur d’une histoire populaire de Marseille, d’un livre sur le rituel napolitain de la tarentelle ; il a préfacé Mexique profond et réalisé le film Le vent de la révolte (voir la fiche de lectures). Cette séance aura lieu dans la salle de réception à la Maison des Sciences Humaines de l’ULB, avenue Depage 1, 1050 Bruxelles.
  • Jeudi 19 avril 14h-17h, à l’ULB : Juliette Woitchik présentera sa recherche sur les multiples rapports et dépendances des populations indigènes, métisses, citadines, au fleuve Rio Doce au Brésil et la manière dont les connexions au fleuve se reconfigurent depuis que celui-ci a été gravement atteint par l’écoulement de boues toxiques et la rupture de barrages de Bento Rodrigues, en novembre 2015. Cette séance aura lieu dans la salle de réception à la Maison des Sciences Humaines de l’ULB, avenue Depage 1, 1050 Bruxelles.
  • Mercredi 16 mai 14h-17h, à l’USL-B : Samir Boumédienne présentera ses recherches sur la colonisation et la possible décolonisation des savoirs du vivant, et plus particulièrement la question de la dépossession des savoirs concernant les plantes médicinales. Il est l’auteur de La Colonisation du savoir: une histoire des plantes médicinales du « Nouveau monde » (1492-1750) (voir la fiche de lectures). Cette séance aura lieu au local 6007 à l’Université Saint-Louis Bruxelles, boulevard du Jardin Botanique 43, 1000 Bruxelles.
  • Jeudi 31 mai 14h-17h, à l’USL-B : Atelier d’enquête et/ou d’écriture où il s’agira d’explorer la terrestrialité. Le contenu ainsi que le dispositif seront élaborés en cours de route, tout au long du séminaire. Cette séance aura lieu au local 4015 à l’Université Saint-Louis Bruxelles, boulevard du Jardin Botanique 43, 1000 Bruxelles.

Pour ceux et celles que cela intéresse plus particulièrement, voici une liste d’écrits et de récits dans lesquelles nous irons puiser pour la première séance, en plus des références bibliographiques.

Fiche de lectures

Au plaisir d’échanger avec vous,

L’équipe Ecologies de Bruxelles

[i] Cf. la communication de François Thoreau 2015, « Les exigences de la « terrestrialité » : une épreuve pour l’enquête », en ligne.

[ii] Le résultat des enquêtes menées dans les potagers paraîtra en avril 2018 dans un livre intitulé Terres des villes, aux éditions de l’éclat. Pour les visites, voir la trajectoire 4 du séminaire : « Vivre dans les ruines du capitalisme ».

« l’Ecole Spéciale des Espaces Libre », Paris

« L’Ecole Spéciale des Espaces Libres » est située le long de la voie ferrée de la Petite ceinture. Depuis la seconde guerre mondiale, on ne voit plus qu’exceptionnellement des trains sur cette voie qui faisait le tour de la ville de Paris. Une gare et ses voies laissées à l’abandon, dans le 20ème arrondissement, ont intrigué Léo et Henri. Leurs approches complémentaires de jardinier agronome et d’artiste font de leur travail avec ce lieu ce qu’ils on nommé une « école spéciale ».

Bien que l’accès au site de la SNCF ne soit pas officiel, les voies sont très fréquentées : par des flâneurs, des tagueurs, des jardiniers qui non sans dialogues cocasses entretiennent les parois, les sols et un petit local.

Un jardin en bordure des rails délaissés.

Une plante rudérale, la valériane des jardins, est à la source de ce jardin. Apparue sans qu’on y prenne gare, elle s’installe tranquillement et se déplace en massifs denses à fleurs roses, gagnant progressivement du terrain. D’abord Henri l’observe traverser les rails, la documente, lui parle. Puis un jour de printemps, des guerilla gardeners d’Ile de France viennent installer des plantes potagères le long des voies. Un dialogue s’installe entre ces plantes sauvages et cultivées, et en son sein, la rencontre entre Leo et Henri s’opère, par l’intermédiaire, notamment, d’une semelle de vieille chaussure qui sert de support à des échanges de mots.

S’en suivent des rencontres régulières, ils se disent : « Cultivons le sauvage et ensauvageons les légumes », « Le jardin peut se faire partout où il y a des délaissés, des pelouses improductives, des espaces verts bouche trou. […] En grattant la terre on réveille des lieux enkystés, le voisinage réagit. On rentre en dialogue, en recherche active, c’est comme une musique »[1] .

Ils se mettent à travailler la terre, à l’aérer, à réveiller les graines contenues dans le sol. Peu à peu ils construisent un sol fertile, en amenant des couches de matière organique « en « lasagnes », issues des déchets du marché, de cartons, de fientes de pigeons qui vivent ici en nombre, et même de plumes s’il y en a. Ils aident le jardin à ne pas se laisser piétiner, ils font des expériences, les transmettent, les retentent ailleurs et autrement, avec d’autres, et c’est cela qui devient le travail de l’école.

Des courges poussent sur des « lasagnes ».

C’est avec grand plaisir qu’en avril 2016, nous écoutons Henri et Léo nous raconter leurs expériences jardinières parisiennes en ouverture de la journée sur les sols que nous organisons à l’ULB dans le cadre des Ecologies de Bruxelles. C’est l’occasion de plusieurs jours de balades et d’échanges à Molenbeek, à Anderlecht, au plateau d’Avijl et au bord de la Senne. On apprend à faire des talus solides, à tailler les pruniers et monter un muret de pierres sèches. Leurs énormes forces combinées sont un moteur d’action, de réflexions, de nouvelles pistes à suivre. Ils nous laissent avec un doute : la valériane qui pousse maintenant sur notre toit est-elle venue avec eux, prise dans les semelles de leurs chaussures ?

Marqué-es par leur passage, nous sommes interrogé-es dans nos manières d’agir et d’interagir. Et eux aussi semblablement, puisque quelques semaines plus tard nous recevons la nouvelle que le Mouvement International des Espaces Libres (MIEL) est créé rétrospectivement : un tissage est confirmé issu de ce voyage à Bruxelles.

MIEL aux armes, car la SNCF, propriétaire du terrain, a demandé leur expulsion. Dix ans d’ancienneté ne semblent pas peser bien lourd face au bail périmé. Huit minutes en justice et le sort est jeté. Il paraît que leur groupuscule (dangereux) de voisins porteurs d’un projet local (ringard) serait nuisible … à la biodiversité!

Chacun une tasse de thé dans la main lors d’un passage à Paris, Henri et Léo ne semblent pourtant pas s’arrêter d’avancer des hypothèses probables : des arbres millénaires, les étoiles d’un désert radioactif, un collectif sur les toits de Séville, le jardin perdu d’un certain Jorn de Précy. Même la SNCF n’arrêtera pas un tel élan. Henri et Leo anticipent et projettent d’ouvrir grand les portes du site pour des « rencontres champêtres ». Sur la terrasse, une brigade d’abeilles s’occupent de faire du miel pour l’occasion.

Indignez vous! Pétition à signer:

http://www.mesopinions.com/petition/art-culture/association-esel-danger/29039?showForm=true&coreg=true

 

Le miel du MIEL : Henri explique les aller-retours des abeilles.

[1] «  Agrostium 2008 / 2013 », Ecole Spéciale des Espaces Libres (Galerie Ceinture, Guilde du vide, Groupe d’Interaction Verts Espaces, Association C’est Pointé, Kokopelli, Guerilla Gardening) – http://media.wix.com/ugd/d30118_6b0882fc7a1d958d872e5410d9778fd3.pdf

Henri et Léo from Kaori Studio on Vimeo.

Vivre dans les ruines du capitalisme

Après une pause d’un semestre, nous avons le plaisir de vous inviter à la quatrième trajectoire du séminaire « Écologies urbaines », qui nous accompagnera dans une nouvelle étape de deux ans de recherche sur les sols bruxellois.

Maintes fois documentées, les logiques de profit du capitalisme se nourrissent de l’exploitation industrielle des ressources planétaires et de la mise en concurrence des territoires. Dans les sillons de ces histoires multiples et toutes singulières, nous héritons souvent de terres polluées ou mutilées, de régions abandonnées, de décharges, de paysages dévastés parfois soi-disant compensés : ce sont les ruines du capitalisme.

Ces ravages nous éloignent d’une représentation idéalisée de la nature et apparaissent comme des obstacles au développement de relations et de pratiques relevant de l’écologie, telle l’agriculture et la conservation notamment. Pourtant on ne saurait se satisfaire de la simple disqualification de ces territoires ni de “compensations” sur d’autres territoires jugés, quant à eux, purs. Pour tenter de remédier à ces héritages, il nous faut certainement composer avec eux, et accepter de faire vivre leurs traces. Vivre dans les ruines du capitalisme, c’est donc accepter de s’engager avec ces ravages, pour trouver avec eux des formes de relations ni stigmatisantes ni romantiques ou nostalgiques, mais des relations dont on peut continuer à apprendre.

Lors de cette trajectoire, nous visiterons des sites qui posent directement la question de cette disqualification et de leur compensation. Nous y rencontrerons des acteurs qui les ont réinvestis, ré-habités, voire réhabilités à leur manière, négociant pour ce faire avec les matières existantes et les forces en présence, y compris leurs toxicités. Ils nous raconteront leur façon de vivre dans ces ruines, et comment ils travaillent à redynamiser le vivant, envisageant ces toxicités non pas comme un phénomène lointain ou un problème à repousser, mais comme exigeant une diversité de savoir-faire et de manières d’envisager le passé et l’avenir de ces sites, la matérialité des sols et les attachements qui les peuplent aujourd’hui.

Nous proposons donc trois visites de terrain où nous appréhenderons et interrogerons ces sites de manière sensible, en s’y promenant. Ces balades seront suivies d’une réflexion collective en salle à Bruxelles, où nous discuterons de ces trois cas de manière croisée.
Nous vous invitons, dans la mesure du possible, à assister à un maximum de rendez-vous. Pour que nous puissions organiser un transport groupé pour se rendre aux visites, merci de vous inscrire avant le 1er mars 2017 en écrivant à l’adresse de l’équipe : ecobxl@collectifs.net.

PROGRAMME :

Mercredi 22 Mars 2017 après-midi : Les Fochalles, Rochefort
Fred Dupont nous guidera à travers la petite et la grande Fochalle (ravin en wallon) où furent déversés illégalement, entre 1984 et 1996, des milliers de m³ de déchets toxiques d’origine industrielle et domestique. Sur ces terrains privés, la Fondation Les Fochalles, reconnue d’utilité publique, et le mouvement Clanic (plateforme d’éducation permanente privée regroupant plusieurs centaines d’asbl, aisbl, et fondations) organisent depuis plusieurs années la dépollution progressive du site en s’appuyant sur les principes de la permaculture. Ils nous raconteront comment leurs manières de réinvestir ces terres souillées s’infiltre dans des brèches ou au contraire se heurte à des manières de faire plus instituées.
Départ collectif de Bruxelles à 12h et retour vers 19h (plus d’infos logistiques à suivre)

Dimanche 30 avril 2017 après-midi : Doel
Benjamin Vergauwen nous guidera dans le musée PolderMAS qu’il a cofondé, un musée d’archéologie et d’histoire qui rassemble des objets de la rive gauche de l’Escaut sacrifiée au développement du port d’Anvers. Plusieurs villages sont en effet considérés comme étant des zones « invivables », ou ont été récemment inondés pour cause de compensations écologiques ; et tout cela pour faire place à l’installation d’un nouveau bassin pouvant accueillir des porte-conteneurs. Les projets de l’administration étant retardés par des actions en justice, la zone vit aujourd’hui un entre-deux, entre retour à la nature et future zone industrielle. PolderMAS participe de la résistance menée par les habitants de la zone dévastée depuis trois générations (www.Doel2020.org), et à s’insérer dans l’entre-deux, en gardant la trace matérielle des mondes menacés afin de ne pas les lâcher aujourd’hui et dans l’avenir. Le musée organise des discussions, projections, actions de conservation (notamment des arbres essentiels pour la polderisation) et autres encore. Nous visiterons le musée et les alentours. Il sera question de de compensations et de manières de faire mémoire pour résister à l’évidence de l’industrialisation.
Départ collectif depuis Bruxelles prévu à 13h, retour vers 18h : Promenade de deux heures sur place suivie d’une visite du musée. Enfants et famille bienvenus. Places néanmoins limitées, merci de vous inscrire au plus vite.

Lundi 15 mai 2017, matin : Les Terrils de Charleroi
Nous parcourrons un bout du chemin de la ‘boucle noire’ qui suit l’empreinte des paysages crées par l’exploitation des mines de charbon, relie six terrils, longe des quartiers défavorisés, traverse la Sambre et rejoint un Ravel. Micheline Dufert et Francis Pourcel nous accompagneront, depuis la gare de Charleroi, sur le sentier qu’ils ont débroussaillé à la main pendant deux ans. Le chemin a permis une appropriation de la périphérie ouest de la ville où les traces du passé industriel sont les plus marquées. Il a par la suite été reconnu par l’association de grande randonnée et relié au sentier GR412, dit « Trans-terrillienne » en 2012.
Départ collectif de Bruxelles à 9h et retour vers 14h, lunch sur place (plus d’infos logistiques à suivre)

Lundi 29 mai 2017, 9h30-12h30 : Séance de synthèse à l’ULB
Nous reviendrons sur les trois visites de manière transversale, et échangerons impressions et points de vue sur ce que ces manières de vivre avec nous apprennent, et comment elles font circuler à nouveau des possibles.

Ecologies de Bruxelles 4_trajectoire ‘Vivre dans les ruines du capitalisme’

Séminaire interdisciplinaire d’études juridiques

Une autre économie : L’agro-écologie, entre campagne et villes.

Mardi 18 octobre 2016 à l’université de Saint-Louis, dans le cadre du séminaire interdisciplinaire d’études juridiques (SIEJ) Benedikte Zitouni (USL-B) et Chloé Deligne (FNRS/ULB) ont presentée les débouches du projet du livre (en cours rédaction) de l’équipe sur les pratiques d’agriculture en ville à Bruxelles. Philippe Baret, professeur à l’UCL et agronome, a évoquer le développement et le potentiel des pratiques agro-écologiques en Belgique.

vidéo du séminaire en ligne

 

Sols pollués

Journée d’étude, 29 avril 2016, 9h15 à 17h

(illustration by Katie Scott)

Université Libre de Bruxelles, Campus du Solbosch, Salle Henri Janne, 1050 Bruxelles

L’argument

Aujourd’hui, l’agriculture urbaine est une pratique de plus en plus mise en avant par les pouvoirs publics, présentée comme l’étendard d’un mode de vie plus sain et respectueux de la nature au cœur de la ville. Cependant, rares sont les projets qui se développent sur des terres arables ou cultivées depuis des décennies. Le plus souvent, ils se développent sur des terres de remblais à l’histoire mal connue, d’anciennes parcelles industrielles ou artisanales, des abords de chemins de fer… Ils peuvent alors être confrontés aux polluants hérités de ces activités urbaines, accumulés dans les sols.

Face à cette pollution des sols, la question qui se pose relève souvent d’une alternative simple : peut-on, oui ou non, cultiver cette terre polluée ? Les inquiétudes sont normales et partagées par les cultivateurs autant que par les pouvoirs publics. Est-il risqué de consommer des légumes ayant poussé sur un ancien site industriel ? Les réponses institutionnelles et scientifiques à cette inquiétude sont souvent pauvres, simplifiées à l’extrême. Sur base d’un échantillon de sol, on sanctionnera la possibilité ou l’impossibilité de cultiver, en se référant à une échelle standardisée définissant ce qu’est un sol cultivable.

Peut-on complexifier cette échelle unique définissant un sol propre ou impropre à la culture ? Cette journée se penchera sur différentes pistes de pratiques et de réflexions pour tenter d’explorer la question de la pollution des sols en tant que telle. En effet, s’il semble indispensable d’éviter au maximum la pollution des sols qui servent à nous nourrir, il est intéressant également de se pencher sur les manières de définir ce qu’est un sol cultivable.

Tout d’abord, il y a les pratiques de mesures elles-mêmes : comment est définie cette pollution ? Quel est le rapport entre cette pollution et la toxicité des produits qui en sont issus ? Comment ces mesures sont-elles faites et quelles sont leurs limites ? Les sols et leurs productions sont-ils égaux devant les risques liés à ces pollutions ? Existe-t-il d’autres savoirs, plus informels, qui permettent de traiter la question de manière profane ou empirique ?

Force est de constater qu’il n’y a plus de terres « pures », qui n’auraient jamais été travaillées, habitées par des intrants et des pratiques humaines. Les exigences de non-pollution sont toujours relatives à des pratiques, elles-mêmes incluses dans des systèmes sociotechniques. Par exemple, contrairement aux réglementations en vigueur, l’agriculture biologique ou la permaculture considèrent les sols de l’agriculture intensive comme des sols morts et pollués. Il importe alors de savoir comment les exigences d’une pratique peuvent s’imposer (parfois juridiquement) à une autre, bouleversant ainsi le rapport de cette pratique à la terre. La définition des exigences de dépollution des sols doit être comprise de la même manière.

Existe-t-il d’autres pratiques qui permettent de traiter le sol ou d’éviter de produire des aliments pollués ? Certains potagistes n’attendent pas l’autorisation des pouvoirs publics et le label de qualité d’un sol avant de décider de faire pousser des plantes et des aliments dans les espaces délaissés des villes. Ils plantent, se réappropriant des espaces et des problématiques abandonnées. Eux aussi sont confrontés à cette pollution, mais ne renoncent pas pour autant à l’action dans des villes qui ont oublié de chérir leurs propres sols. Comment ces pratiques s’informent et à leur tour transforment les pratiques scientifiques d’étude du sol ?

Les intervenants

Maria Puig de la Bellacasa (University of Leicester)

À certains moments de l’histoire contemporaine des pratiques scientifiques, militantes et culturelles, les sols redeviennent vivants et transforment la perception que nous avons d’eux comme matière inerte. Cette transformation mutuelle réanime des devenirs relationnels et transformatifs entre humains et sols, résistant à l’épuisement du sol conçu comme ressource productiviste, et offre des aperçus furtifs de ce que pourraient être d’autres univers assumant l’interdépendance entre eux. 

Henri Taib et Leonard Nguyen Van Thé (jardiniers urbains et co-créateurs de l’Ecole Spéciale des Espaces Libres (ESEL) à Paris)

Expérimenter la résilience des sols urbains grâce à des méthodes complémentaires : une approche sensible du territoire à travers l’art et les plantes rudérales, et des techniques agricoles via la mise en place de protocoles de reconstruction des sols. Trois sites franciliens seront abordés : la Ferme Rurban (Colombes), la Petite Ceinture (Paris 18), le Jardin d’Ailanthes (Aubervilliers).

https://soundcloud.com/livia-cahn/introduction-journee-sols-leohenri

img_3044

crédit foto: Livia Cahn

 Germain Meulemans (Doctorant en anthropologie – Université d’Aberdeen – ULg/FNRS)

Retracer l’émergence d’un intérêt pour les sols des villes en pédologie, et présentation critique du développement, en science des sols, de pratiques de construction de sols, considérées à la fois comme un modèle de recherche et comme une solution potentielle à la disparition des sols fertiles.

Jérémie Duchatelet (Biologiste/Pédologue, résponsable de projets sols et eaux chez SGS, Bruxelles)

Appréhender comment la pédologie, l’hydrogéologie, la toxicologie et la legislation s’appliquent à la mise en place d’un potager. Comment en restreignent-elles l’usage et quels sont les champs d’action possibles?

Programme Journee Sols Pollues