Tous les articles par noemiepr

Défendre les espaces vagues

Pour ce second semestre de 2015, nous proposons de travailler autour de la question du rapport entre espaces urbains et écologie. Un vaste programme, que nous souhaitons axer autour de la nécessité de défendre, préserver et exiger des espaces « vagues » en ville. Friches, espaces interstitiels, verts, non-productifs,… ces espaces sont toujours des lieux d’apprentissages, d’expérimentations, de liberté, mais aussi des espaces sans cesse mis en tension avec un « autre chose » plus utile: logements, équipements, infrastructures, et peut-être bientôt agriculture urbaine, etc.

Combien de fois ne rejoue-t-on pas un débat infernal entre « espaces verts » et logements, accusateurs pour ceux qui osent défendre des espaces perdus? Comment se défaire de ces oppositions infernales, et pouvoir défendre des espaces interstitiels, vagues, « improductifs » (d’ailleurs que revêt ce terme?) sans entrer dans une logique qui tente à tout prix de valoriser l’espace vert dans une logique de développement et de planification urbains ? Comment lutter contre ces captures des terres, et retrouver leurs puissances propres, sans pour autant perdre de vue la complexité des rapports qui se tissent autour d’eux?

Nous ne sommes pas les seuls à nous préoccuper du sol et de ses devenirs, en ville comme ailleurs. Du « Soil Peak » qui pose la question du déclin des terres agricoles au Land Grabbing où de vastes étendues sont appropriées par des multinationales de l’alimentation, comment penser encore les rapports de ces terres
urbaines à l’écologie?

Programme

Mercredi 30 septembre : séance de lancement et d’introduction: travail collectif autour du thème de la défense d’espaces vagues, improbables ou difficiles à défendre à partir de Camping Paradiso (2015) de Barbara Van Dijck et Els Vervloesem. Cet ouvrage est un travail ethnographique se servant de la photographie et de la fiction pour parler de ce qu’on appelle « l’habitat permanent ».
14h-17h Université Saint-Louis – Local P50, 5e étage, entrée préfecture.

Mercredi 21 octobre : nous recevrons l’artiste-botaniste Liliana Motta, du Labo du Dehors, un groupe d’action et de réflexion qui propose une nouvelle philosophie de la pratique jardinière et du projet de paysage à Paris, pour une intervention sur son travail sur les plantes « invasives ».
Depuis son introduction il y a plus d’un siècle en Europe, les plantes « Polygonum » sont perçues comme un véritable désastre pour « l’ordre végétal » établi. Alors qu’elles pourraient aussi bien être considérées comme un apport à l’ensemble du vivant, leur réputation de « mauvaise herbe » les précède. Pour penser autrement le vivant, Liliana Motta publie et organise de nombreuses conférences sur cette famille botanique mal comprise et rend justice à toute la dimension positive de l’adaptation et à la formidable plasticité du vivant.
14h-17h, Salle S15-215, ULB – bâtiment S – 15e étage – entrée par l’Avenue Jeanne 44.

Mercredi 18 novembre : nous recevrons Rémi Eliçabe & Amandine Guibert, du Groupe Recherche ACtion, GRAC (Lyon), intervention sur leurs dernières recherches en cours autour des murs à pêches de Montreuil.
Construits au XVIème siècle pour faciliter et accélérer la maturation des pêches vendues ensuite sur les marchés de la capitale, les « murs à pêches » ont été laissés à l’abandon après que l’activité horticole ait décliné au cours du XXème siècle Leur enquête porte sur la multiplicité des pratiques qui se développent au sein de ces « murs à pêches » (pratiques de conservation et de patrimonialisation, de dépollution, de loisir, de production alimentaire, ornementales, domestiques, artistiques…), et à la manière dont celles-ci mettent en
question les modèles urbanistiques de la « nature en ville ».
14h-17h Université Saint-Louis – Local P50, 5e étage, entrée préfecture.

Mercredi 16 décembre : nous recevrons Matthew Gandy, geographe à l’University College London, intervention sur les terrains vagues (wastelands) et la nécessité de défendre ceux-ci. Ses travaux sur les wastelands approchent ceux-ci comme des refuges écologiques, mais aussi comme des lieux accidentels  d’expérimentations culturelles et scientifiques.
14h-17h Salle Arthur DOUCY, ULB – bâtiment S – 12e étage – S12.123- entrée par l’Avenue Jeanne 44.

« Faire preuve » face aux nuisances industrielles

Historiquement beaucoup de luttes ont eu tout d’abord à montrer l’existence réelle d’un problème, qu’il soit sanitaire ou autre. Il était souvent nécessaire de faire reconnaître qu’une situation déviait d’une norme, augmentant le nombre de cas d’une maladie par exemple.

Un des cas emblématiques de ce travail de la preuve fut celui de « Love Canal » aux Etats-Unis, où une banlieue entière a été construite sur un site d’enfouissement de déchets toxiques, donnant lieu à d’impressionnants problèmes de santé. Ce cas, parmi d’autres, est également initiateur de la question de la justice environnementale, liant les questions de pauvreté et d’écologie.

Mercredi 11 mars, 14h30 – 17h30 à l’Université St-Louis Bruxelles
Love Canal, introduit par Nicolas Prignot & Benedikte Zitouni

_____

Nous travaillerons ensuite deux textes d’historiens de l’environnement, ayant travaillé sur des crises anciennes, qui montrent à quel point la prise en compte de notre environnement n’est pas une invention des années ’60. Nous recevrons Jean-Baptiste Fressoz et Alexis Zimmer. Tous deux ont exploré comment des cas peuvent être oubliés, ou ignorés, ce qui rend les luttes toujours plus insignifiantes.

Mercredi 1er avril, 14 -17h à l’Université Libre de Bruxelles
Le brouillard mortel de la Meuse (années 1930), par Alexis Zimmer

_____

Jeudi 30 avril, 13 -16h à l’Université Saint-Louis Bruxelles
L’industrie chimique et la compensation des dommages environnementaux au 19e siècle, par Jean-Baptiste Fressoz

_____

Mercredi 20 mai, 14h30 – 17h30 à l’Université Libre de Bruxelles
Le cas de Mellery et autres histoires bruxelloises : atelier d’écriture

Engis - copie

Nous proposons également d’explorer un cas belge récent : celui de la décharge de Mellery, qui servit pendant des années de site d’enfouissement illégal de déchets industriels. Nous aimerions faire de ce cas ou d’autres qui seraient évoqués lors des séances précédentes l’objet d’une expérience d’écriture collective. Nous travaillerions donc ensemble à partir de quelques textes, de quelques bribes et archives, afin d’explorer la possibilité de rendre à nouveau le cas de Mellery politique et ainsi ne pas le renvoyer à une simple anomalie qui a été réglée une fois pour toutes.

Les écrits (anonymes) des participants:

Ecole d’été de l’agriculture urbaine à Bruxelles

1ère École d’été de l’agriculture urbaine et alimentation durable à Bruxelles

Interventions de l’équipe les lundi 4 et vendredi 8 juillet

DESCRIPTIF :

L’agriculture en ville n’est pas qu’un affaire de slogans ou de concepts. C’est aussi l’affaire d‘héritages, de générations, d‘histoires, de conflictualités et, parfois, de luttes, de pratiques, de réseaux, d‘ancrages ou de déracinements, de subsistance, de plantes et de sols à cultiver… ou pas, d‘espaces improbables. Ce sont des mondes qui se déploient et souvent aussi disparaissent en dépit des discours et des slogans bien intentionnés qui fleurissent aujourd’hui. Enquêtant sur les « terres cultivées » à Bruxelles aujourd’hui et hier, notre équipe, plurielle, ne cherche pas à résoudre la question de savoir si ces cultures nourriront la ville, si elles sensibiliseront les urbains à la « nature », si elles sont oui ou non vouées à l’éphémère, si elles valent plus ou moins qu’une autre fonction urbanistique, mais de saisir en quoi les pratiques de la terre fabriquent d’ores et déjà une autre ville que celle qui nous est proposée. A travers la mise en récits de ces mondes passés et en devenir, à travers leur mise en polyphonie, nous cherchons à leur donner force et enrayer leur précarité.

INTERVENANTS :
Benedikte Zitouni, Chloé Deligne, Livia Cahn, Nicolas Prignot, Noémie Pons-Rotbart.

ecole-ete-au-bxl_dessinprogramme-école d’été d’agriculture urbaine -bruxelles-2016

Journées de l’iRiB

19 Mai 2016

Balade guidée dans le bas Molenbeek:  des imaginaires à l’épreuve du réel avec quatre arrêts, sur les traces de la petite Senne

PlanMolenbeek-2016-2

Le jardin de la rue de l’avenir, pour une présentation d’un agriculteur biologique du Pajottenland qui vendra ses légumes biologiques une fois par semaine dans ce jardin partagé de Molenbeek.

Le jardin urbain, accompagné par l’asbl La Rue, un jardin de quartier qui existe depuis 2000 (rue fin) implanté à l’endroit d’une ancienne cité ouvrière, dont certaines traces sont encore visibles.

La visite d’une des toitures incluse dans la vision futuriste d’une agriculture sur plusieurs toits de Molenbeek pour 2020, dossier non retenu pour financement européen.

Un jardin d’insertion de maraichage a petit échelle, démarré en 2015 par l’asbl Groot Eiland sur un terrain  de 2000m2, sur une parcelle de la petite Senne, derrière la brasserie Bellevue.

Traces iconographiques :

Agriculture urbaine : pratiques et revendications

Bien que dans de nombreuses villes européennes, les pouvoirs publics soutiennent et publicisent certaines de ces initiatives, de nombreuses terres cultivées restent menacés de disparition. La défense de celles-ci, comme l’accès à des nouveaux terrains sont soumis à des arbitrages politiques qui mettent les discours à l’épreuve.

Nous avons choisi de focaliser sur des pratiques concrètes qui revendiquent et font d’ores et déjà exister une agriculture en ville, soit par l’occupation de terres, en s’opposant à leur urbanisation, soit par la mise en réseau de jardiniers, ou encore par l’installation de maraîchers en milieu urbain. Nous invitons ces agriculteurs urbains, militants et chercheurs, à nous faire le récit des lieux qu’ils cultivent, de ce qu’ils défendent et de leur manière de les faire exister dans les débats urbains.

Comment ces pratiques s’opposent-elles ou dialoguent-elles avec les cadres institutionnels proposés ? Par quels moyens fabriquent-elles de nouveaux récits sur l’agriculture en ville ? En quoi la complexité urbaine peut-elle devenir un atout pour faire bouger les lignes ? Telles sont les questions, et d’autres encore, qu’on abordera avec eux lors des trois séances suivantes.

_____

vendredi 19 février : Le quartier libre des Lentillères à Dijon
14h-17h _ Université Saint Louis _ Salle P 61

En 2010, des anciennes terres maraîchères restées à l’abandon sont collectivement défrichées et remises en culture. Il y naît un jardin collectif, le Pot’Col, puis une ferme maraîchère qui pratique le prix libre. Progressivement une cinquantaine de parcelles de tailles variables sont réappropriées. La même année, l’agglomération du Grand Dijon annonce son intention d’urbaniser le quartier et d’y créer « une éco-cité jardin ». Fanny et Fred interviendront dans ce premier séminaire pour nous raconter l’histoire, le fonctionnement, la lutte de ce quartier et comment la défense des terres nourricières s’est invitée dans les luttes urbaines dijonnaises.

+ diffusion d’extraits du film ‘PIED DE BICHE‘ en présence du réalisateur: Mathhieu Quillet.

panneau d’accueil, Dijon.
Panneau d’accueil aux Lentillères, Dijon.                                          Photo credit: Ecologies de Bruxelles

_____

lundi 21 mars : Réseau des Jardins semenciers à Bruxelles
14h-17h Université Libre de Bruxelles , Maison des sciences humaines, bat. R

Lancé en 2015, ce réseau naissant rassemble des jardiniers qui produisent et partagent leurs semences à Bruxelles. Qu’ils soient amateurs ou expérimentés, qu’ils cultivent sur une parcelle individuelle ou dans un jardin collectif, le réseau les aide à se réapproprier les techniques, à choisir les variétés, à organiser les échanges.
Martine Verbrugghe, maitre-maraicher référente pour une variété, Aline Dehasse, qui accompagne les jardins collectifs urbains, et Fanny Lebrun, productrice de semences à Stree et formatrice pour le réseau, viendront discuter avec nous de cette aventure : comment s’acquièrent, se transmettent des savoir-faire, ce que le milieu urbain, et Bruxelles, ont de particulier pour ce faire.

Bourse au semences du réseau, février 2016                                photo credit: Ecologies de Bruxelles

_____

Lundi 23 mai :
Graines de paysans : vers l’installation de nouveaux maraîchers en Région Bruxelles-Capitale
14h-17h Espace test agricole de Nerpeede, Rue Chant d’oiseaux, 195, 1070 Anderlecht. Accès par le metro Ceria.

Rendez-vous sur l’espace-test où nous discuterons avec Antoine Sterling de l’ASBL Le Début des Haricots sur la problématique de l’installation agricole professionnelle en milieu urbain et péri-urbain, des acteurs impliqués en Région Bruxelloise et des perspectives pour l’avenir dans ce domaine.
Lancé en 2015, Graines de Paysans est un projet de l’ASBL Le Début des Haricots qui vise à soutenir l’installation agricole professionnelle de nouveaux agriculteurs en milieu urbain à Bruxelles avec notamment la mise en place d’un espace-test agricole à Anderlecht. Ce projet s’inscrit dans la dynamique de BoerenBruxselPaysans en collaboration avec Bruxelles Environnement, la commune d’Anderlecht, Terre en Vue, Crédal et la Maison Verte et Bleue.

sur le champ
Visite sur l’espace test du Katekasteel, Anderlecht                  photo credit: Ecologies de Bruxelles

_____