Défendre les espaces vagues

Pour ce second semestre de 2015, nous proposons de travailler autour de la question du rapport entre espaces urbains et écologie. Un vaste programme, que nous souhaitons axer autour de la nécessité de défendre, préserver et exiger des espaces « vagues » en ville. Friches, espaces interstitiels, verts, non-productifs,… ces espaces sont toujours des lieux d’apprentissages, d’expérimentations, de liberté, mais aussi des espaces sans cesse mis en tension avec un « autre chose » plus utile: logements, équipements, infrastructures, et peut-être bientôt agriculture urbaine, etc.

Combien de fois ne rejoue-t-on pas un débat infernal entre « espaces verts » et logements, accusateurs pour ceux qui osent défendre des espaces perdus? Comment se défaire de ces oppositions infernales, et pouvoir défendre des espaces interstitiels, vagues, « improductifs » (d’ailleurs que revêt ce terme?) sans entrer dans une logique qui tente à tout prix de valoriser l’espace vert dans une logique de développement et de planification urbains ? Comment lutter contre ces captures des terres, et retrouver leurs puissances propres, sans pour autant perdre de vue la complexité des rapports qui se tissent autour d’eux?

Nous ne sommes pas les seuls à nous préoccuper du sol et de ses devenirs, en ville comme ailleurs. Du « Soil Peak » qui pose la question du déclin des terres agricoles au Land Grabbing où de vastes étendues sont appropriées par des multinationales de l’alimentation, comment penser encore les rapports de ces terres
urbaines à l’écologie?

Programme

Mercredi 30 septembre : séance de lancement et d’introduction: travail collectif autour du thème de la défense d’espaces vagues, improbables ou difficiles à défendre à partir de Camping Paradiso (2015) de Barbara Van Dijck et Els Vervloesem. Cet ouvrage est un travail ethnographique se servant de la photographie et de la fiction pour parler de ce qu’on appelle « l’habitat permanent ».
14h-17h Université Saint-Louis – Local P50, 5e étage, entrée préfecture.

Mercredi 21 octobre : nous recevrons l’artiste-botaniste Liliana Motta, du Labo du Dehors, un groupe d’action et de réflexion qui propose une nouvelle philosophie de la pratique jardinière et du projet de paysage à Paris, pour une intervention sur son travail sur les plantes « invasives ».
Depuis son introduction il y a plus d’un siècle en Europe, les plantes « Polygonum » sont perçues comme un véritable désastre pour « l’ordre végétal » établi. Alors qu’elles pourraient aussi bien être considérées comme un apport à l’ensemble du vivant, leur réputation de « mauvaise herbe » les précède. Pour penser autrement le vivant, Liliana Motta publie et organise de nombreuses conférences sur cette famille botanique mal comprise et rend justice à toute la dimension positive de l’adaptation et à la formidable plasticité du vivant.
14h-17h, Salle S15-215, ULB – bâtiment S – 15e étage – entrée par l’Avenue Jeanne 44.

Mercredi 18 novembre : nous recevrons Rémi Eliçabe & Amandine Guibert, du Groupe Recherche ACtion, GRAC (Lyon), intervention sur leurs dernières recherches en cours autour des murs à pêches de Montreuil.
Construits au XVIème siècle pour faciliter et accélérer la maturation des pêches vendues ensuite sur les marchés de la capitale, les « murs à pêches » ont été laissés à l’abandon après que l’activité horticole ait décliné au cours du XXème siècle Leur enquête porte sur la multiplicité des pratiques qui se développent au sein de ces « murs à pêches » (pratiques de conservation et de patrimonialisation, de dépollution, de loisir, de production alimentaire, ornementales, domestiques, artistiques…), et à la manière dont celles-ci mettent en
question les modèles urbanistiques de la « nature en ville ».
14h-17h Université Saint-Louis – Local P50, 5e étage, entrée préfecture.

Mercredi 16 décembre : nous recevrons Matthew Gandy, geographe à l’University College London, intervention sur les terrains vagues (wastelands) et la nécessité de défendre ceux-ci. Ses travaux sur les wastelands approchent ceux-ci comme des refuges écologiques, mais aussi comme des lieux accidentels  d’expérimentations culturelles et scientifiques.
14h-17h Salle Arthur DOUCY, ULB – bâtiment S – 12e étage – S12.123- entrée par l’Avenue Jeanne 44.

« Faire preuve » face aux nuisances industrielles

Historiquement beaucoup de luttes ont eu tout d’abord à montrer l’existence réelle d’un problème, qu’il soit sanitaire ou autre. Il était souvent nécessaire de faire reconnaître qu’une situation déviait d’une norme, augmentant le nombre de cas d’une maladie par exemple.

Un des cas emblématiques de ce travail de la preuve fut celui de « Love Canal » aux Etats-Unis, où une banlieue entière a été construite sur un site d’enfouissement de déchets toxiques, donnant lieu à d’impressionnants problèmes de santé. Ce cas, parmi d’autres, est également initiateur de la question de la justice environnementale, liant les questions de pauvreté et d’écologie.

Mercredi 11 mars, 14h30 – 17h30 à l’Université St-Louis Bruxelles
Love Canal, introduit par Nicolas Prignot & Benedikte Zitouni

_____

Nous travaillerons ensuite deux textes d’historiens de l’environnement, ayant travaillé sur des crises anciennes, qui montrent à quel point la prise en compte de notre environnement n’est pas une invention des années ’60. Nous recevrons Jean-Baptiste Fressoz et Alexis Zimmer. Tous deux ont exploré comment des cas peuvent être oubliés, ou ignorés, ce qui rend les luttes toujours plus insignifiantes.

Mercredi 1er avril, 14 -17h à l’Université Libre de Bruxelles
Le brouillard mortel de la Meuse (années 1930), par Alexis Zimmer

_____

Jeudi 30 avril, 13 -16h à l’Université Saint-Louis Bruxelles
L’industrie chimique et la compensation des dommages environnementaux au 19e siècle, par Jean-Baptiste Fressoz

_____

Mercredi 20 mai, 14h30 – 17h30 à l’Université Libre de Bruxelles
Le cas de Mellery et autres histoires bruxelloises : atelier d’écriture

Engis - copie

Nous proposons également d’explorer un cas belge récent : celui de la décharge de Mellery, qui servit pendant des années de site d’enfouissement illégal de déchets industriels. Nous aimerions faire de ce cas ou d’autres qui seraient évoqués lors des séances précédentes l’objet d’une expérience d’écriture collective. Nous travaillerions donc ensemble à partir de quelques textes, de quelques bribes et archives, afin d’explorer la possibilité de rendre à nouveau le cas de Mellery politique et ainsi ne pas le renvoyer à une simple anomalie qui a été réglée une fois pour toutes.

Les écrits (anonymes) des participants:

Ecole d’été de l’agriculture urbaine à Bruxelles

1ère École d’été de l’agriculture urbaine et alimentation durable à Bruxelles

Interventions de l’équipe les lundi 4 et vendredi 8 juillet

DESCRIPTIF :

L’agriculture en ville n’est pas qu’un affaire de slogans ou de concepts. C’est aussi l’affaire d‘héritages, de générations, d‘histoires, de conflictualités et, parfois, de luttes, de pratiques, de réseaux, d‘ancrages ou de déracinements, de subsistance, de plantes et de sols à cultiver… ou pas, d‘espaces improbables. Ce sont des mondes qui se déploient et souvent aussi disparaissent en dépit des discours et des slogans bien intentionnés qui fleurissent aujourd’hui. Enquêtant sur les « terres cultivées » à Bruxelles aujourd’hui et hier, notre équipe, plurielle, ne cherche pas à résoudre la question de savoir si ces cultures nourriront la ville, si elles sensibiliseront les urbains à la « nature », si elles sont oui ou non vouées à l’éphémère, si elles valent plus ou moins qu’une autre fonction urbanistique, mais de saisir en quoi les pratiques de la terre fabriquent d’ores et déjà une autre ville que celle qui nous est proposée. A travers la mise en récits de ces mondes passés et en devenir, à travers leur mise en polyphonie, nous cherchons à leur donner force et enrayer leur précarité.

INTERVENANTS :
Benedikte Zitouni, Chloé Deligne, Livia Cahn, Nicolas Prignot, Noémie Pons-Rotbart.

ecole-ete-au-bxl_dessinprogramme-école d’été d’agriculture urbaine -bruxelles-2016

Journées de l’iRiB

19 Mai 2016

Balade guidée dans le bas Molenbeek:  des imaginaires à l’épreuve du réel avec quatre arrêts, sur les traces de la petite Senne

PlanMolenbeek-2016-2

Le jardin de la rue de l’avenir, pour une présentation d’un agriculteur biologique du Pajottenland qui vendra ses légumes biologiques une fois par semaine dans ce jardin partagé de Molenbeek.

Le jardin urbain, accompagné par l’asbl La Rue, un jardin de quartier qui existe depuis 2000 (rue fin) implanté à l’endroit d’une ancienne cité ouvrière, dont certaines traces sont encore visibles.

La visite d’une des toitures incluse dans la vision futuriste d’une agriculture sur plusieurs toits de Molenbeek pour 2020, dossier non retenu pour financement européen.

Un jardin d’insertion de maraichage a petit échelle, démarré en 2015 par l’asbl Groot Eiland sur un terrain  de 2000m2, sur une parcelle de la petite Senne, derrière la brasserie Bellevue.

Traces iconographiques :

Sols pollués

Journée d’étude, 29 avril 2016, 9h15 à 17h

(illustration by Katie Scott)

Université Libre de Bruxelles, Campus du Solbosch, Salle Henri Janne, 1050 Bruxelles

L’argument

Aujourd’hui, l’agriculture urbaine est une pratique de plus en plus mise en avant par les pouvoirs publics, présentée comme l’étendard d’un mode de vie plus sain et respectueux de la nature au cœur de la ville. Cependant, rares sont les projets qui se développent sur des terres arables ou cultivées depuis des décennies. Le plus souvent, ils se développent sur des terres de remblais à l’histoire mal connue, d’anciennes parcelles industrielles ou artisanales, des abords de chemins de fer… Ils peuvent alors être confrontés aux polluants hérités de ces activités urbaines, accumulés dans les sols.

Face à cette pollution des sols, la question qui se pose relève souvent d’une alternative simple : peut-on, oui ou non, cultiver cette terre polluée ? Les inquiétudes sont normales et partagées par les cultivateurs autant que par les pouvoirs publics. Est-il risqué de consommer des légumes ayant poussé sur un ancien site industriel ? Les réponses institutionnelles et scientifiques à cette inquiétude sont souvent pauvres, simplifiées à l’extrême. Sur base d’un échantillon de sol, on sanctionnera la possibilité ou l’impossibilité de cultiver, en se référant à une échelle standardisée définissant ce qu’est un sol cultivable.

Peut-on complexifier cette échelle unique définissant un sol propre ou impropre à la culture ? Cette journée se penchera sur différentes pistes de pratiques et de réflexions pour tenter d’explorer la question de la pollution des sols en tant que telle. En effet, s’il semble indispensable d’éviter au maximum la pollution des sols qui servent à nous nourrir, il est intéressant également de se pencher sur les manières de définir ce qu’est un sol cultivable.

Tout d’abord, il y a les pratiques de mesures elles-mêmes : comment est définie cette pollution ? Quel est le rapport entre cette pollution et la toxicité des produits qui en sont issus ? Comment ces mesures sont-elles faites et quelles sont leurs limites ? Les sols et leurs productions sont-ils égaux devant les risques liés à ces pollutions ? Existe-t-il d’autres savoirs, plus informels, qui permettent de traiter la question de manière profane ou empirique ?

Force est de constater qu’il n’y a plus de terres « pures », qui n’auraient jamais été travaillées, habitées par des intrants et des pratiques humaines. Les exigences de non-pollution sont toujours relatives à des pratiques, elles-mêmes incluses dans des systèmes sociotechniques. Par exemple, contrairement aux réglementations en vigueur, l’agriculture biologique ou la permaculture considèrent les sols de l’agriculture intensive comme des sols morts et pollués. Il importe alors de savoir comment les exigences d’une pratique peuvent s’imposer (parfois juridiquement) à une autre, bouleversant ainsi le rapport de cette pratique à la terre. La définition des exigences de dépollution des sols doit être comprise de la même manière.

Existe-t-il d’autres pratiques qui permettent de traiter le sol ou d’éviter de produire des aliments pollués ? Certains potagistes n’attendent pas l’autorisation des pouvoirs publics et le label de qualité d’un sol avant de décider de faire pousser des plantes et des aliments dans les espaces délaissés des villes. Ils plantent, se réappropriant des espaces et des problématiques abandonnées. Eux aussi sont confrontés à cette pollution, mais ne renoncent pas pour autant à l’action dans des villes qui ont oublié de chérir leurs propres sols. Comment ces pratiques s’informent et à leur tour transforment les pratiques scientifiques d’étude du sol ?

Les intervenants

Maria Puig de la Bellacasa (University of Leicester)

À certains moments de l’histoire contemporaine des pratiques scientifiques, militantes et culturelles, les sols redeviennent vivants et transforment la perception que nous avons d’eux comme matière inerte. Cette transformation mutuelle réanime des devenirs relationnels et transformatifs entre humains et sols, résistant à l’épuisement du sol conçu comme ressource productiviste, et offre des aperçus furtifs de ce que pourraient être d’autres univers assumant l’interdépendance entre eux. 

Henri Taib et Leonard Nguyen Van Thé (jardiniers urbains et co-créateurs de l’Ecole Spéciale des Espaces Libres (ESEL) à Paris)

Expérimenter la résilience des sols urbains grâce à des méthodes complémentaires : une approche sensible du territoire à travers l’art et les plantes rudérales, et des techniques agricoles via la mise en place de protocoles de reconstruction des sols. Trois sites franciliens seront abordés : la Ferme Rurban (Colombes), la Petite Ceinture (Paris 18), le Jardin d’Ailanthes (Aubervilliers).

https://soundcloud.com/livia-cahn/introduction-journee-sols-leohenri

img_3044

crédit foto: Livia Cahn

 Germain Meulemans (Doctorant en anthropologie – Université d’Aberdeen – ULg/FNRS)

Retracer l’émergence d’un intérêt pour les sols des villes en pédologie, et présentation critique du développement, en science des sols, de pratiques de construction de sols, considérées à la fois comme un modèle de recherche et comme une solution potentielle à la disparition des sols fertiles.

Jérémie Duchatelet (Biologiste/Pédologue, résponsable de projets sols et eaux chez SGS, Bruxelles)

Appréhender comment la pédologie, l’hydrogéologie, la toxicologie et la legislation s’appliquent à la mise en place d’un potager. Comment en restreignent-elles l’usage et quels sont les champs d’action possibles?

Programme Journee Sols Pollues