Écologies de Bruxelles

Nous sommes une équipe composée d’une anthropologue, d’une architecte-paysagiste, d’une historienne, d’un philosophe et d’une sociologue, auxquels s’ajoutent occasionnellement un historien et une géographe, tous actifs dans la recherche sur la ville et l’environnement. Depuis janvier 2015, nous menons une recherche sur l’agriculture urbaine à Bruxelles: « Un nouvel hinterland ? Histoire, pratiques et espaces de l’agriculture urbaine à Bruxelles ». Ce projet est né d’envies croisées de collaborer ainsi que d’un appel à projet lancé par la Région Bruxelles-Capital au printemps 2014. Dans le cadre de cette recherche, et ce depuis le début, nous organisons un séminaire mensuel qui rassemble des chercheurs, documentaristes, administrateurs et activistes qui sont pour la plupart basés à Bruxelles et pour qui la problématique environnementale, l’engagement dans celle-ci, requière de l’imagination tant théorique que politique. D’où l’idée de créer un lieu, un temps, où l’on peut se rencontrer et s’échanger des recherches, textes, et ficelles du métier. Plus particulièrement, nous explorons des luttes environnementales en ville et les récits qui en sont faits: comment donner de l’importance à ces luttes? comment ceux/celles qui y ont participé ont-ils fait mémoire? comment peut-on aujourd’hui encore rendre signifiants ces récits que tant la critique que les adversaires, ont, pour des raisons différentes, tendance à rendre insignifiants ? Ainsi, nous avons exploré les luttes contre l’industrie, les luttes de justice environnementale, les luttes pour une gestion de l’eau solidaire à Bruxelles, et autres encore. Petit à petit, un réseau émerge. Le séminaire devient un lieu d’échanges et d’apprentissages mutuels, notamment grâce à l’expérimentation dans les formats de travail. Mais un réseau, il faut savoir en prendre soin. Jusqu’ici nous avons mené les échanges et organisé les rencontres un utilisant une simple mailing-liste. Bien qu’elle nous ait été très utile, elle ne nous suffit plus.

Le site vise donc à entretenir des échanges parmi des chercheurs, documentaristes, administrateurs, activistes, et autres, pour qui la problématique environnementale, l’engagement dans celle-ci, requière de l’imagination tant théorique que politique. Il viendrait soutenir ce réseau affinitaire qui par ailleurs, se tisse dans les rencontres du séminaire « Ecologies urbaines », ce y compris les visites de terrain, journées d’étude et autres; et dès lors il s’adresserait en particulier à des gens qui sont, au moins partiellement basés ou de passage, à Bruxelles.

Pour autant, la référence à Bruxelles ne signifie pas que le site se cantonnerait à des terrains et récits bruxellois. Au contraire, il s’agit pour nous de faire importer ce qui se passe dans la ville que nous côtoyons, ou nous vivons, au regard de ce que, à travers le monde, d’autres chercheurs, militants, documentaristes, ont accompli dans leur ville. Le site s’adresserait donc à un public de chercheurs (au sens large du terme) basé à Bruxelles, et viserait à faire importer ce qui s’y passe, s’y étudie et s’y raconte, en important des savoirs et récits d’ici et d’ailleurs. Le tout est de faire importer les luttes, résistances et la récalcitrance, ce y compris celle qui s’oppose à l’écologie gouvernementale.