Défendre les espaces vagues

Pour ce second semestre de 2015, nous proposons de travailler autour de la question du rapport entre espaces urbains et écologie. Un vaste programme, que nous souhaitons axer autour de la nécessité de défendre, préserver et exiger des espaces « vagues » en ville. Friches, espaces interstitiels, verts, non-productifs,… ces espaces sont toujours des lieux d’apprentissages, d’expérimentations, de liberté, mais aussi des espaces sans cesse mis en tension avec un « autre chose » plus utile: logements, équipements, infrastructures, et peut-être bientôt agriculture urbaine, etc.

Combien de fois ne rejoue-t-on pas un débat infernal entre « espaces verts » et logements, accusateurs pour ceux qui osent défendre des espaces perdus? Comment se défaire de ces oppositions infernales, et pouvoir défendre des espaces interstitiels, vagues, « improductifs » (d’ailleurs que revêt ce terme?) sans entrer dans une logique qui tente à tout prix de valoriser l’espace vert dans une logique de développement et de planification urbains ? Comment lutter contre ces captures des terres, et retrouver leurs puissances propres, sans pour autant perdre de vue la complexité des rapports qui se tissent autour d’eux?

Nous ne sommes pas les seuls à nous préoccuper du sol et de ses devenirs, en ville comme ailleurs. Du « Soil Peak » qui pose la question du déclin des terres agricoles au Land Grabbing où de vastes étendues sont appropriées par des multinationales de l’alimentation, comment penser encore les rapports de ces terres
urbaines à l’écologie?

Programme

Mercredi 30 septembre : séance de lancement et d’introduction: travail collectif autour du thème de la défense d’espaces vagues, improbables ou difficiles à défendre à partir de Camping Paradiso (2015) de Barbara Van Dijck et Els Vervloesem. Cet ouvrage est un travail ethnographique se servant de la photographie et de la fiction pour parler de ce qu’on appelle « l’habitat permanent ».
14h-17h Université Saint-Louis – Local P50, 5e étage, entrée préfecture.

Mercredi 21 octobre : nous recevrons l’artiste-botaniste Liliana Motta, du Labo du Dehors, un groupe d’action et de réflexion qui propose une nouvelle philosophie de la pratique jardinière et du projet de paysage à Paris, pour une intervention sur son travail sur les plantes « invasives ».
Depuis son introduction il y a plus d’un siècle en Europe, les plantes « Polygonum » sont perçues comme un véritable désastre pour « l’ordre végétal » établi. Alors qu’elles pourraient aussi bien être considérées comme un apport à l’ensemble du vivant, leur réputation de « mauvaise herbe » les précède. Pour penser autrement le vivant, Liliana Motta publie et organise de nombreuses conférences sur cette famille botanique mal comprise et rend justice à toute la dimension positive de l’adaptation et à la formidable plasticité du vivant.
14h-17h, Salle S15-215, ULB – bâtiment S – 15e étage – entrée par l’Avenue Jeanne 44.

Mercredi 18 novembre : nous recevrons Rémi Eliçabe & Amandine Guibert, du Groupe Recherche ACtion, GRAC (Lyon), intervention sur leurs dernières recherches en cours autour des murs à pêches de Montreuil.
Construits au XVIème siècle pour faciliter et accélérer la maturation des pêches vendues ensuite sur les marchés de la capitale, les « murs à pêches » ont été laissés à l’abandon après que l’activité horticole ait décliné au cours du XXème siècle Leur enquête porte sur la multiplicité des pratiques qui se développent au sein de ces « murs à pêches » (pratiques de conservation et de patrimonialisation, de dépollution, de loisir, de production alimentaire, ornementales, domestiques, artistiques…), et à la manière dont celles-ci mettent en
question les modèles urbanistiques de la « nature en ville ».
14h-17h Université Saint-Louis – Local P50, 5e étage, entrée préfecture.

Mercredi 16 décembre : nous recevrons Matthew Gandy, geographe à l’University College London, intervention sur les terrains vagues (wastelands) et la nécessité de défendre ceux-ci. Ses travaux sur les wastelands approchent ceux-ci comme des refuges écologiques, mais aussi comme des lieux accidentels  d’expérimentations culturelles et scientifiques.
14h-17h Salle Arthur DOUCY, ULB – bâtiment S – 12e étage – S12.123- entrée par l’Avenue Jeanne 44.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *