« l’Ecole Spéciale des Espaces Libre », Paris

« L’Ecole Spéciale des Espaces Libres » est située le long de la voie ferrée de la Petite ceinture. Depuis la seconde guerre mondiale, on ne voit plus qu’exceptionnellement des trains sur cette voie qui faisait le tour de la ville de Paris. Une gare et ses voies laissées à l’abandon, dans le 20ème arrondissement, ont intrigué Léo et Henri. Leurs approches complémentaires de jardinier agronome et d’artiste font de leur travail avec ce lieu ce qu’ils on nommé une « école spéciale ».

Bien que l’accès au site de la SNCF ne soit pas officiel, les voies sont très fréquentées : par des flâneurs, des tagueurs, des jardiniers qui non sans dialogues cocasses entretiennent les parois, les sols et un petit local.

Un jardin en bordure des rails délaissés.

Une plante rudérale, la valériane des jardins, est à la source de ce jardin. Apparue sans qu’on y prenne gare, elle s’installe tranquillement et se déplace en massifs denses à fleurs roses, gagnant progressivement du terrain. D’abord Henri l’observe traverser les rails, la documente, lui parle. Puis un jour de printemps, des guerilla gardeners d’Ile de France viennent installer des plantes potagères le long des voies. Un dialogue s’installe entre ces plantes sauvages et cultivées, et en son sein, la rencontre entre Leo et Henri s’opère, par l’intermédiaire, notamment, d’une semelle de vieille chaussure qui sert de support à des échanges de mots.

S’en suivent des rencontres régulières, ils se disent : « Cultivons le sauvage et ensauvageons les légumes », « Le jardin peut se faire partout où il y a des délaissés, des pelouses improductives, des espaces verts bouche trou. […] En grattant la terre on réveille des lieux enkystés, le voisinage réagit. On rentre en dialogue, en recherche active, c’est comme une musique »[1] .

Ils se mettent à travailler la terre, à l’aérer, à réveiller les graines contenues dans le sol. Peu à peu ils construisent un sol fertile, en amenant des couches de matière organique « en « lasagnes », issues des déchets du marché, de cartons, de fientes de pigeons qui vivent ici en nombre, et même de plumes s’il y en a. Ils aident le jardin à ne pas se laisser piétiner, ils font des expériences, les transmettent, les retentent ailleurs et autrement, avec d’autres, et c’est cela qui devient le travail de l’école.

Des courges poussent sur des « lasagnes ».

C’est avec grand plaisir qu’en avril 2016, nous écoutons Henri et Léo nous raconter leurs expériences jardinières parisiennes en ouverture de la journée sur les sols que nous organisons à l’ULB dans le cadre des Ecologies de Bruxelles. C’est l’occasion de plusieurs jours de balades et d’échanges à Molenbeek, à Anderlecht, au plateau d’Avijl et au bord de la Senne. On apprend à faire des talus solides, à tailler les pruniers et monter un muret de pierres sèches. Leurs énormes forces combinées sont un moteur d’action, de réflexions, de nouvelles pistes à suivre. Ils nous laissent avec un doute : la valériane qui pousse maintenant sur notre toit est-elle venue avec eux, prise dans les semelles de leurs chaussures ?

Marqué-es par leur passage, nous sommes interrogé-es dans nos manières d’agir et d’interagir. Et eux aussi semblablement, puisque quelques semaines plus tard nous recevons la nouvelle que le Mouvement International des Espaces Libres (MIEL) est créé rétrospectivement : un tissage est confirmé issu de ce voyage à Bruxelles.

MIEL aux armes, car la SNCF, propriétaire du terrain, a demandé leur expulsion. Dix ans d’ancienneté ne semblent pas peser bien lourd face au bail périmé. Huit minutes en justice et le sort est jeté. Il paraît que leur groupuscule (dangereux) de voisins porteurs d’un projet local (ringard) serait nuisible … à la biodiversité!

Chacun une tasse de thé dans la main lors d’un passage à Paris, Henri et Léo ne semblent pourtant pas s’arrêter d’avancer des hypothèses probables : des arbres millénaires, les étoiles d’un désert radioactif, un collectif sur les toits de Séville, le jardin perdu d’un certain Jorn de Précy. Même la SNCF n’arrêtera pas un tel élan. Henri et Leo anticipent et projettent d’ouvrir grand les portes du site pour des « rencontres champêtres ». Sur la terrasse, une brigade d’abeilles s’occupent de faire du miel pour l’occasion.

Indignez vous! Pétition à signer:

http://www.mesopinions.com/petition/art-culture/association-esel-danger/29039?showForm=true&coreg=true

 

Le miel du MIEL : Henri explique les aller-retours des abeilles.

[1] «  Agrostium 2008 / 2013 », Ecole Spéciale des Espaces Libres (Galerie Ceinture, Guilde du vide, Groupe d’Interaction Verts Espaces, Association C’est Pointé, Kokopelli, Guerilla Gardening) – http://media.wix.com/ugd/d30118_6b0882fc7a1d958d872e5410d9778fd3.pdf

Henri et Léo from Kaori Studio on Vimeo.


Une réflexion au sujet de « « l’Ecole Spéciale des Espaces Libre », Paris »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *