Des plantes à (re)cueillir

Au cours des cinq premières trajectoires de ces « Ecologies de Bruxelles » (Faire preuve face aux nuisances industriellesDéfendre les espaces vagues, Agricultures urbaines : pratiques et revendications , Vivre dans les ruines du capitalisme et Terrestrialités), de l’écriture de Terres des Villes ou de la journée Sols pollués, nous les avons sans cesse croisées sur notre chemin. Qu’elles soient indicatrices, rudérales, exotiques, colonisatrices, indigènes, envahissantes, remédiatrices, médicinales, comestibles, magiques, ou tout simplement « belles »…, les plantes se sont, discrètement mais obstinément, invitées sur la plupart de nos terrains d’enquêtes.

Pour cette sixième trajectoire, nous avons choisi de leur donner une place centrale dans la poursuite de notre questionnement sur les possibilités/nécessités de s’appuyer sur des connaissances et savoirs hérités pour vivre dans ce monde écologiquement dévasté. Les plantes conquièrent les ruines et les moindres anfractuosités, certaines s’accommodent de conditions extrêmes que nous, humains, appelons « pollutions » (concentrations élevées de substances organiques, chimiques, métalliques,… dans les sols ou l’atmosphère), elles s’hybrident, se croisent, se transforment pour résister, survivre, se disséminer, se déployer. Que sait-on de ces incroyables facultés et comment ce savoir s’est-il constitué ?

***

La connaissance des plantes a laissé de nombreuses traces dans les archives, les bibliothèques et les institutions scientifiques (jardins botaniques, musées,…), depuis les premiers traités antiques jusqu’aux inventaires floristiques récents en passant par les encyclopédies médiévales ou les premiers herbiers modernes. Ces traités, herbiers et inventaires, loin de refléter exhaustivement les relations de (re)connaissance que les humains entretiennent avec les plantes, constituent néanmoins le socle sur lequel des apprentissages s’accumulent et se transforment sans cesse. Les plantes y ont d’abord été décrites avec des mots, avant que les mots ne soient assortis de gravures et de dessins. Lorsque les techniques l’ont permis, les plantes ont aussi été conservées séchées, pressées entre des feuilles de papier. Plus récemment, elles ont pu être photographiées.

Ainsi, ces traités, herbiers, inventaires racontent, dans le langage de leur époque, les caractéristiques morphologiques des plantes, les lieux où elles se développent ou ont été observées, la manière dont elles se reproduisent ou sont reproduites, les usages que des humains en font pour la santé et la vie quotidienne, et les noms qu’on leur a donnés. Constitués en livres, en rapports ou en recueils, ils ordonnent les plantes selon une logique qui reflète la manière dont l’auteur essaye de les comprendre.

Au cours du temps, les manières dont elles ont été nommées ont donné lieu à de nombreuses équivoques et recoupements jusqu’à ce qu’au milieu du 18e siècle, la nomenclature proposée par Carl von Linné, régulièrement revue et adaptée depuis lors, s’est imposée internationalement, et permet aujourd’hui d’identifier les plantes d’une manière partagée. Par contre, cette nomenclature, qui introduit un classement par familles reposant sur l’observation des caractéristiques morphologiques et modes de reproduction des plantes à l’œil nu, puis au microscope, est aujourd’hui remise en cause par les connaissances génétiques.

Les traités, herbiers et inventaires traduisent aussi une certaine prépondérance que la pensée occidentale moderne a conférée aux listes, à la classification et au découpage du monde, phénomène accentué par les conquêtes coloniales qui engagèrent de nombreux Etats européens, compagnies commerciales et institutions savantes dans l’édification d’un « inventaire du monde connu » souvent à des fins « profitables ».

De L’Histoire naturelle de Pline l’Ancien rédigée au Ier siècle de notre ère au Livre des arbres et des arbrissaux de Pierre Lieutaghi publié en France pour la première fois en 1971[2], en passant par le Cruijdeboek de Rembert Dodoens[3] édité dans les anciens Pays Bas du 16e siècle, il serait faux de dire que les pratiques ou les territoires sont absents de ces formes de connaissances. Ils transparaissent ici et là et donnent parfois accès au point de vue de celui qui recueille. Les liens entre exercice de la botanique et naissance de l’écologie sont par ailleurs historiquement bien attestés. Mais le plus souvent, dans l’entreprise savante occidentale, les pratiques, les relations que des humains ont entretenues ou entretiennent avec les plantes, les territoires sont effacés alors même que, de multiples manières, ils ont servi à l’élaboration de ces inventaires. Des connaisseurs des plantes de tous les continents, femmes et hommes, appartenant à des milieux sociaux, culturels… tout à fait différents ont contribué, comme éclaireurs, informateurs, à leur insu ou de leur plein gré, à l’entreprise de fabrication de cette connaissance qui circule et se partage de manière codifiée dans le monde d’aujourd’hui[4].

Même si, au cours du 20e siècle, Richard Evans Schultes (1915-2001), André Georges Haudricourt (1911-1996) ou François Couplan (1950-) – pour ne citer que certains ethnobotanistes – ont travaillé à diffuser et raviver quantité de savoirs qui avaient été mis de côté par les études botaniques, force est de constater que les inventaires, les listes, et plus récemment les chiffres, occupent dans l’Occident moderne une place toujours centrale, parfois contestée mais rarement ébranlée. Ces inventaires et manières de construire les connaissances servent et alimentent des politiques de santé, des politiques culturelles, des politiques territoriales. Par exemple, le catalogue de variétés de semences autorisées à la vente, ou les listes de plantes invasives européennes s’imposent aux pratiques locales, dans les champs, les friches ou les aménagements urbains. Ils occultent des relations entre humains, plantes et territoires qui sont peut être justement à même de nous aider à « revenir sur terre »[5], dans nos manières de transformer nos lieux de vie et de partager nos connaissances.

Pour autant, nous ne voudrions pas évacuer trop vite ces inventaires mais plutôt essayer de comprendre et de ramener à l’intérieur du geste classificatoire quelque peu « extractif » (c’est-à-dire qui « extrait » les plantes de leurs relations multiples) qu’ils opèrent, les pratiques bien ancrées qui l’entourent et le précèdent : arpentages, excursions, cartographies, atlas… Pourquoi aujourd’hui, nous inventorions et listons encore, et quelles sont les questions qui se posent ou se sont posées à ceux et celles qui inventorient et listent. Autrement dit, pourquoi et comment cueille-t-on et recueille-t-on les plantes encore aujourd’hui ? La question est d’autant plus intrigante – et impérieuse – que la plus grande part de la recherche consacrée aujourd’hui aux plantes est déterminée par une course à la reconnaissance et à l’exploitation de leurs propriétés « utiles » et que dans ces « laboratoires », les territoires, les biotopes, les paysages, comme beaucoup de ceux qui les peuplent, humains comme non-humains, n’ont plus tellement de place ou de rôle à jouer.

Ainsi, les invité.e.s des séances de cette trajectoire nous feront part de leurs pratiques ou des enquêtes qu’ils et elles ont menées au sujet de l’art présent ou passé de « re-cueillir » les plantes.

***

Programme

Dimanche 7 octobre 14h00 – 16h30 

Excursion botanique le long du Quai des Péniches avec Jean-François Olivier de l’Association pour l’Etude de la Floristique (AEF).

Nous commencerons la trajectoire en nous joignant au rendez vous bimensuel de cette association de naturalistes bénévoles. Nous participerons à leur tentative d’inventorier exhaustivement les plantes présentes dans un lieu choisi. Beaucoup de noms latins fuseront, certaines plantes seront reconnues à première vue, parfois, il faudra quand même sortir la loupe ou la flore pour identifier une plante, tout sera noté. Pas de connaissances botaniques préalables requises, nous serons guidé.e.s !

Max. 15 personnes, inscription nécessaire : ecobxl@collectifs.net

Jeudi 18 octobre 14-17h

ULB, Maison des Sciences humaines

Sarah Erman (KUL/Paris Sorbonne) : « Femmes, genre et botanique à Bruxelles (1870-1940) ».

Jeudi 15 novembre 14-17h

Université Saint-Louis, 43 boulevard du jardin botanique, salle C1, l’accès se fait par le Botanique 38, au 2e étage

Priscille Cazin : « Wood Wide Web. Entre inventaires et pratiques : faire pousser une forêt urbaine à Bruxelles ».

(à confirmer) autour du 10 décembre

Regards croisés entre des archéo-botanistes et l’Association pour les Etudes de la Floristique à propos de la banque de graines de référence de la Région bruxelloise.

Quelques lectures possibles

Lucille Allorge, La fabuleuse odyssée de plantes :  Les botanistes voyageurs, les Jardins des plantes, les Herbiers Paris, Hachette littératures Pluriel, 2009.

Samir Boumediene, La colonisation du savoir. Une histoire des plantes médicinales du « Nouveau Monde » (1492-1750), Vaulx-en-Velin, Éditions des Mondes à faire, 2016.

Aurélien Gabriel Cohen, « Le végétal, savoirs et pratiques, usages des oxymores pratique des lisières » dans Cahier Philosophiques n° 152, 2018.

Emilie Hennot et al., Cueillette buissonnière dans le bocage. L’usage populaire des plantes sauvages en Thiérache -Pays de Chimay, Aquascope de Virelles, 2015.

Jean-Paul Deléage, Une histoire de l’écologie, Paris, Seuil, 1994.

André-Georges Haudricourt, « Une discipline nouvelle : l’ethnobotanique », Les Cahiers rationalistes 158 (novembre 1956) [réédité en 1986 à La Manufacture, Lyon].

Pierre Lieutaghi, Le Livre des arbres et des arbrissaux, Paris, Actes Sud, 2004 [1971].

Pierre Lieutaghi, La Plante compagne : pratique et imaginaire de la flore sauvage en Europe occidentale, Arles, éditions Actes Sud, 1998 (nouvelle édition).

Nathalie Machon, Sauvages de ma rue, guide des plantes sauvages des villes de France, Paris, éditions Le Passage et Muséum National d’Histoire Naturelle, 2016.

Valéry Malecot, « La botanique : de l’inventaire du 18e siècle à la phylogénie du 21e siècle », Bulletin de l’Académie des Sciences et Lettres de Montpellier, 48, 2, 2017.

Audrey Muratet, Myr Muratet et Marie Pellaton, Flore des friches urbaines, Paris, Editions Xavier Barral, 2017.

Natasha Myers, « Conversations on Plant Sensing : Notes from the Field », NatureCulture, 2015.

Émilie-Anne Pépy, « Décrire, nommer, ordonner. Enjeux et pratiques de l’inventaire botanique au XVIIIe siècle », Etudes rurales, 195, 2015/1 Les mondes des inventaires naturalistes.

Jean-Baptiste Saint-Lager, « Histoire des Herbiers », Annales de la Société botanique de Lyon, tome 13, Notes et Mémoires , 1885-1886, pp. 1-120.

 Le séminaire « Ecologies de Bruxelles » est organisé dans le cadre du projet « Un nouvel hinterland ? », mené conjointement à l’Université Libre de Bruxelles et à l’Université Saint-Louis Bruxelles, et financé par Innoviris .

[2] Pierre Lieutaghi, Le Livre des arbres et des arbrissaux, Paris, Actes Sud, 2004 [1971]

[3] Rembert Dodoens, Cruydeboeck, Anvers, 1554.

[4] sur ces aspects, l’ouvrage de Samir Boumediene La colonisation du savoir. Une histoire des plantes médicinales du « Nouveau Monde » (1492-1750), Vaulx-en-Velin, Éditions des Mondes à faire, 2016) est très éclairant.

[5] En référence à la trajectoire précédente de notre séminaire intitulée Terrestrialités.