Sols urbains, sols précaires. Regards croisés 24&25 Oct

Projection de film, mercredi 24 octobre, 19h30 ( ULB, salle de projection de la Maison des Arts, av. Jeanne 56)

Journée d’étude, jeudi 25 octobre, 9h-17h ( ULB, Salle Henri Jane, av. Jeanne 44, bat. S, 15e étage)

Argument

A l’époque médiévale, le développement de Bruxelles en tant que ville transforme profondément les terres de la vallée de la Senne. Des sols sont drainés, asséchés, exhaussés, excavés, travaillés,… pour accueillir de nouvelles activités, infrastructures et constructions. Par ailleurs, ce développement urbain est aussi intimement lié à la transformation de l’agriculture des environs —donc de la qualité et de la nature des sols— dont il tire profit et qui permet directement ou indirectement l’essor de l’activité commerciale. Durant des siècles, Bruxelles, comme tant d’autres villes, s’est donc construite dans une interaction constante avec « ses » sols proches, à la fois comme supports de la ville bâtie et comme ressource nécessaire à sa propre subsistance.

Aujourd’hui, si leur considération en tant que ressource pour la subsistance a été quasiment effacée en ville, en revanche, ils sont toujours partie prenante de la fabrique urbaine. Les sols des villes sont découpés en parcelles dans des plans cadastraux, affectés à des fonctions dans les outils de planification, et par-dessus tout, ont une valeur foncière attribuée par un marché. En dehors de leurs attributs juridiques et marchands, les sols existent aussi matériellement comme lieux de stabilité ou d’instabilité pour les constructions, comme lieux de percolation ou d’accumulation des eaux de pluie, mais également comme substrats pollués, héritiers des pratiques qui les ont habités, ou encore comme réceptacle de restes matériels de l’histoire de la ville.

Cette matérialité des sols (hydrologie, pollution, richesses archéologiques) est prise en compte lors des chantiers mais elle ne transforme que rarement les projets immobiliers. Elle est obstacle et non atout pour ceux-ci. Souvent, les terres nécessaires à ces projets sont importées d’ailleurs, déplacées à travers des circuits complexes. Ce sont des terres-marchandises, définies selon des normes de stabilité et de pollution. Ce ne sont pas des terres chargées d’histoire ni même de potentiel agricole. En effet, la question de l’approvisionnement ayant été (provisoirement ?) réglée à travers les moyens de transport et les rapports de domination exercés sur des espaces lointains, la ville peut se construire comme si elle était « hors sols ».

Depuis longtemps, cependant, les sols font l’objet d’une attention soutenue de la part de plusieurs disciplines et d’observateurs. Depuis sa naissance autour de 1880, la « science des sols », la pédologie, se concentre sur la question de la genèse et de l’évolution des sols. La « science agricole », l’agronomie, a pour un de ses points nodaux la question de la reconstitution de la fertilité des sols et de leur structure. Et, depuis une trentaine d’années, les constats écologiques auxquels nous sommes confrontés en renouvellent les termes, contribuant à une reconsidération des sols comme un matériau précieux, fragile, vivant, dont il nous faut prendre soin. Cette conception renouvelée a irrigué les champs de l’agriculture et de la production alimentaire mais reste peu présente en ville.

Les sols des villes, en dehors des cadres qui en prescrivent les valeurs marchandes, les fonctions et la constructibilité (cf. supra), ne reçoivent que très peu d’attention ; certains chercheurs considèrent même qu’il ne s’agit là pas réellement de sols. Or, dans une perspective d’écologie politique, revendiquée par notre projet et notre équipe de recherche, et face à la nécessité de fabriquer d’autres mondes possibles, il nous semble que les sols urbains sont tout aussi essentiels à reconsidérer autrement que comme supports de la ville bâtie.

Proposition

Lors d’une première journée « Sols » organisée au printemps 2016, grâce à la présence de différent.e.s invité.e.s, nous nous étions penché.e.s sur la problématique spécifique de la pollution des sols en milieu urbain tout en ouvrant déjà des perspectives sur les façons dont se sont construites les sciences des sols et sur les manières dont nous pourrions nouer d’autres rapports avec eux. Pour cette deuxième journée, nous voulons mettre l’accent sur la « précarité » des sols urbains, la précarité étant comprise au sens général comme l’incertitude quant à la possibilité de maintenir une vie acceptable c’est-à-dire un « devenir organique » pour ces sols. La précarité est cette condition dans laquelle tout semble prêt à basculer, au point qu’aucune stabilité n’est envisageable.

Les sols urbains sont précaires, selon nous. Ils sont dans une situation de telle déconsidération qu’ils risquent non seulement de perdre leur potentiel nourricier ainsi que leur charge historique et affective, mais aussi de passer à côté du renouveau des attentions écologiques qui pourraient leur être portées. Comme si, y compris pour les écologistes, les sols urbains étaient, à des rares exceptions près (notamment dans les potagers), des sols morts.

Appuyée sur la notion de précarité ainsi définie, cette deuxième journée « Sols » visera à interroger ce que ces sols urbains rendus précaires font ou pourraient faire à la ville aujourd’hui et demain s’ils étaient reconsidérés. Que se passe-t-il lorsqu’on leur rend leur charge historique et affective ? Quels effets peut avoir l’exploration de leurs dimensions archéologiques, historiques, hydriques et biologiques mais aussi sensuelles, relationnelles, poétiques ? Quelle différence cela fait-il lorsque les sols urbains sont considérés comme vivants, et pas uniquement dans les potagers ?

Pour penser ce que l’intégration de dimensions actuellement « hors cadres » des sols urbains peut ou pourrait renouveler, nous avons invité des praticien.ne.s des sols, chercheurs et artiste, à venir raconter leur point de vue sur ces questions. Ils, elles, explorent des friches urbaines et industrielles. Ils, elles, ont en commun de travailler avec des sols en place, in situ. Nous aurons aussi l’occasion de rapporter les maintes histoires de sols urbains qui ont tramé la recherche de notre équipe, plus particulièrement autour de trois sites que sont le chantier d’un futur parc à la Porte de Ninove, un potager jouxtant la Senne à Anderlecht et le plateau d’Avijl à Uccle.

En guise de mise en bouche, la veille de la journée d’étude, nous proposons un film réalisé par le géographe Matthew Gandy portant sur les transformations de Berlin après la chute du mur, qui ont fait naître des attentions particulières pour les sols et leur végétation, des mouvements de défense d’espaces végétalisés en ville et la création de plusieurs parcs urbains publics.

Programme

Mercredi 24 Octobre 19h30

ULB, Salle de projection de la Maison des Arts, avenue Jeanne 56, 1050 Bruxelles

Projection de « Natura Urbana, the Brachen of Berlin » (VOstFR 72 min) documentaire réalise par Matthew Gandy (Université de Cambridge). Le documentaire présente les manières de penser, enseigner, étudier et militer dans une ville profondément influencée par l’écologie de ses friches, par la végétation qui s’est installée dans des espaces marginaux et précaires. Le film est en anglais, sous-titré en français.

Jeudi 25 octobre 2018

ULB, Salle Henri Jane, bâtiment S (44, av. Jeanne, 1050 Bruxelles), 15e étage

9h00 : Accueil

9h30-10h00 Introduction à la Journée : Chloé Deligne (ULB/FNRS-LIEU/MMC) & Benedikte Zitouni (USL-B-CES) : « Tenir au sol »

10h00-11h00 Yannick Devos (ULB-CReA Patrimoine) : « Vingt ans de pratiques archéologiques à Bruxelles : une autre vision des sols »

11h-11h15 Pause café

11h15-12h15 Anne Mortiaux, plasticienne : « Entre terres industrielles et reconversion : une expérience sur le site de Keramis à La Louvière »

Discussion

12h45-14h00 : Pause midi

14h00-15h00 : Noémie Pons-Rotbardt, Nicolas Prignot et Livia Cahn (ULBLIEU-ULS-B/CES) : « Chantier à la porte de Ninove, Potager de la Senne à Anderlecht et Plateau d’Avijl à Uccle : trois sites bruxellois, trois essais sur les sols. »

15h00-16h00 Agnès Sourisseau, paysagiste : « Les sols délaissés issus d’infrastructures urbaines : une décennie de soins au site des Monts Gardés (Claye-Souilly, France) »

16h15-16h30 : Pause

16h30-17h00 Réactions et discussions avec Saïd El Fadili (division sols de Bruxelles-Environnement), Philippe De Staerke (division espaces verts de Bruxelles-Environnement) et Germain Meulemans (Centre Alexandre Koyré, EHESS)

L’inscription à la projection et à la journée est gratuite mais obligatoire.
Merci de confirmer votre présence en contactant : ecobxl@collectifs.net




Citer ce billet
ecobxl (2018, 25 septembre). Sols urbains, sols précaires. Regards croisés 24&25 Oct. Écologies de Bruxelles. Consulté le 23 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/o0nc