Tous les articles par ecobxl

Sols urbains, sols précaires. Regards croisés 24&25 Oct

Projection de film, mercredi 24 octobre, 19h30 ( ULB, salle de projection de la Maison des Arts, av. Jeanne 56)

Journée d’étude, jeudi 25 octobre, 9h-17h ( ULB, Salle Henri Jane, av. Jeanne 44, bat. S, 15e étage)

Argument

A l’époque médiévale, le développement de Bruxelles en tant que ville transforme profondément les terres de la vallée de la Senne. Des sols sont drainés, asséchés, exhaussés, excavés, travaillés,… pour accueillir de nouvelles activités, infrastructures et constructions. Par ailleurs, ce développement urbain est aussi intimement lié à la transformation de l’agriculture des environs —donc de la qualité et de la nature des sols— dont il tire profit et qui permet directement ou indirectement l’essor de l’activité commerciale. Durant des siècles, Bruxelles, comme tant d’autres villes, s’est donc construite dans une interaction constante avec « ses » sols proches, à la fois comme supports de la ville bâtie et comme ressource nécessaire à sa propre subsistance.

Aujourd’hui, si leur considération en tant que ressource pour la subsistance a été quasiment effacée en ville, en revanche, ils sont toujours partie prenante de la fabrique urbaine. Les sols des villes sont découpés en parcelles dans des plans cadastraux, affectés à des fonctions dans les outils de planification, et par-dessus tout, ont une valeur foncière attribuée par un marché. En dehors de leurs attributs juridiques et marchands, les sols existent aussi matériellement comme lieux de stabilité ou d’instabilité pour les constructions, comme lieux de percolation ou d’accumulation des eaux de pluie, mais également comme substrats pollués, héritiers des pratiques qui les ont habités, ou encore comme réceptacle de restes matériels de l’histoire de la ville.

Cette matérialité des sols (hydrologie, pollution, richesses archéologiques) est prise en compte lors des chantiers mais elle ne transforme que rarement les projets immobiliers. Elle est obstacle et non atout pour ceux-ci. Souvent, les terres nécessaires à ces projets sont importées d’ailleurs, déplacées à travers des circuits complexes. Ce sont des terres-marchandises, définies selon des normes de stabilité et de pollution. Ce ne sont pas des terres chargées d’histoire ni même de potentiel agricole. En effet, la question de l’approvisionnement ayant été (provisoirement ?) réglée à travers les moyens de transport et les rapports de domination exercés sur des espaces lointains, la ville peut se construire comme si elle était « hors sols ».

Depuis longtemps, cependant, les sols font l’objet d’une attention soutenue de la part de plusieurs disciplines et d’observateurs. Depuis sa naissance autour de 1880, la « science des sols », la pédologie, se concentre sur la question de la genèse et de l’évolution des sols. La « science agricole », l’agronomie, a pour un de ses points nodaux la question de la reconstitution de la fertilité des sols et de leur structure. Et, depuis une trentaine d’années, les constats écologiques auxquels nous sommes confrontés en renouvellent les termes, contribuant à une reconsidération des sols comme un matériau précieux, fragile, vivant, dont il nous faut prendre soin. Cette conception renouvelée a irrigué les champs de l’agriculture et de la production alimentaire mais reste peu présente en ville.

Les sols des villes, en dehors des cadres qui en prescrivent les valeurs marchandes, les fonctions et la constructibilité (cf. supra), ne reçoivent que très peu d’attention ; certains chercheurs considèrent même qu’il ne s’agit là pas réellement de sols. Or, dans une perspective d’écologie politique, revendiquée par notre projet et notre équipe de recherche, et face à la nécessité de fabriquer d’autres mondes possibles, il nous semble que les sols urbains sont tout aussi essentiels à reconsidérer autrement que comme supports de la ville bâtie.

Proposition

Lors d’une première journée « Sols » organisée au printemps 2016, grâce à la présence de différent.e.s invité.e.s, nous nous étions penché.e.s sur la problématique spécifique de la pollution des sols en milieu urbain tout en ouvrant déjà des perspectives sur les façons dont se sont construites les sciences des sols et sur les manières dont nous pourrions nouer d’autres rapports avec eux. Pour cette deuxième journée, nous voulons mettre l’accent sur la « précarité » des sols urbains, la précarité étant comprise au sens général comme l’incertitude quant à la possibilité de maintenir une vie acceptable c’est-à-dire un « devenir organique » pour ces sols. La précarité est cette condition dans laquelle tout semble prêt à basculer, au point qu’aucune stabilité n’est envisageable.

Les sols urbains sont précaires, selon nous. Ils sont dans une situation de telle déconsidération qu’ils risquent non seulement de perdre leur potentiel nourricier ainsi que leur charge historique et affective, mais aussi de passer à côté du renouveau des attentions écologiques qui pourraient leur être portées. Comme si, y compris pour les écologistes, les sols urbains étaient, à des rares exceptions près (notamment dans les potagers), des sols morts.

Appuyée sur la notion de précarité ainsi définie, cette deuxième journée « Sols » visera à interroger ce que ces sols urbains rendus précaires font ou pourraient faire à la ville aujourd’hui et demain s’ils étaient reconsidérés. Que se passe-t-il lorsqu’on leur rend leur charge historique et affective ? Quels effets peut avoir l’exploration de leurs dimensions archéologiques, historiques, hydriques et biologiques mais aussi sensuelles, relationnelles, poétiques ? Quelle différence cela fait-il lorsque les sols urbains sont considérés comme vivants, et pas uniquement dans les potagers ?

Pour penser ce que l’intégration de dimensions actuellement « hors cadres » des sols urbains peut ou pourrait renouveler, nous avons invité des praticien.ne.s des sols, chercheurs et artiste, à venir raconter leur point de vue sur ces questions. Ils, elles, explorent des friches urbaines et industrielles. Ils, elles, ont en commun de travailler avec des sols en place, in situ. Nous aurons aussi l’occasion de rapporter les maintes histoires de sols urbains qui ont tramé la recherche de notre équipe, plus particulièrement autour de trois sites que sont le chantier d’un futur parc à la Porte de Ninove, un potager jouxtant la Senne à Anderlecht et le plateau d’Avijl à Uccle.

En guise de mise en bouche, la veille de la journée d’étude, nous proposons un film réalisé par le géographe Matthew Gandy portant sur les transformations de Berlin après la chute du mur, qui ont fait naître des attentions particulières pour les sols et leur végétation, des mouvements de défense d’espaces végétalisés en ville et la création de plusieurs parcs urbains publics.

Programme

Mercredi 24 Octobre 19h30

ULB, Salle de projection de la Maison des Arts, avenue Jeanne 56, 1050 Bruxelles

Projection de « Natura Urbana, the Brachen of Berlin » (VOstFR 72 min) documentaire réalise par Matthew Gandy (Université de Cambridge). Le documentaire présente les manières de penser, enseigner, étudier et militer dans une ville profondément influencée par l’écologie de ses friches, par la végétation qui s’est installée dans des espaces marginaux et précaires. Le film est en anglais, sous-titré en français.

Jeudi 25 octobre 2018

ULB, Salle Henri Jane, bâtiment S (44, av. Jeanne, 1050 Bruxelles), 15e étage

9h00 : Accueil

9h30-10h00 Introduction à la Journée : Chloé Deligne (ULB/FNRS-LIEU/MMC) & Benedikte Zitouni (USL-B-CES) : « Tenir au sol »

10h00-11h00 Yannick Devos (ULB-CReA Patrimoine) : « Vingt ans de pratiques archéologiques à Bruxelles : une autre vision des sols »

11h-11h15 Pause café

11h15-12h15 Anne Mortiaux, plasticienne : « Entre terres industrielles et reconversion : une expérience sur le site de Keramis à La Louvière »

Discussion

12h45-14h00 : Pause midi

14h00-15h00 : Noémie Pons-Rotbardt, Nicolas Prignot et Livia Cahn (ULBLIEU-ULS-B/CES) : « Chantier à la porte de Ninove, Potager de la Senne à Anderlecht et Plateau d’Avijl à Uccle : trois sites bruxellois, trois essais sur les sols. »

15h00-16h00 Agnès Sourisseau, paysagiste : « Les sols délaissés issus d’infrastructures urbaines : une décennie de soins au site des Monts Gardés (Claye-Souilly, France) »

16h15-16h30 : Pause

16h30-17h00 Réactions et discussions avec Saïd El Fadili (division sols de Bruxelles-Environnement), Philippe De Staerke (division espaces verts de Bruxelles-Environnement) et Germain Meulemans (Centre Alexandre Koyré, EHESS)

L’inscription à la projection et à la journée est gratuite mais obligatoire.
Merci de confirmer votre présence en contactant : ecobxl@collectifs.net


Des plantes à (re)cueillir Oct-Dec 2018

Au cours des cinq premières trajectoires de ces « Ecologies de Bruxelles » (Faire preuve face aux nuisances industriellesDéfendre les espaces vagues, Agricultures urbaines : pratiques et revendications , Vivre dans les ruines du capitalisme et Terrestrialités), de l’écriture de Terres des Villes ou de la journée Sols pollués, nous les avons sans cesse croisées sur notre chemin. Qu’elles soient indicatrices, rudérales, exotiques, colonisatrices, indigènes, envahissantes, remédiatrices, médicinales, comestibles, magiques, ou tout simplement « belles »…, les plantes se sont, discrètement mais obstinément, invitées sur la plupart de nos terrains d’enquêtes.

Pour cette sixième trajectoire, nous avons choisi de leur donner une place centrale dans la poursuite de notre questionnement sur les possibilités/nécessités de s’appuyer sur des connaissances et savoirs hérités pour vivre dans ce monde écologiquement dévasté. Les plantes conquièrent les ruines et les moindres anfractuosités, certaines s’accommodent de conditions extrêmes que nous, humains, appelons « pollutions » (concentrations élevées de substances organiques, chimiques, métalliques,… dans les sols ou l’atmosphère), elles s’hybrident, se croisent, se transforment pour résister, survivre, se disséminer, se déployer. Que sait-on de ces incroyables facultés et comment ce savoir s’est-il constitué ?

***

La connaissance des plantes a laissé de nombreuses traces dans les archives, les bibliothèques et les institutions scientifiques (jardins botaniques, musées,…), depuis les premiers traités antiques jusqu’aux inventaires floristiques récents en passant par les encyclopédies médiévales ou les premiers herbiers modernes. Ces traités, herbiers et inventaires, loin de refléter exhaustivement les relations de (re)connaissance que les humains entretiennent avec les plantes, constituent néanmoins le socle sur lequel des apprentissages s’accumulent et se transforment sans cesse. Les plantes y ont d’abord été décrites avec des mots, avant que les mots ne soient assortis de gravures et de dessins. Lorsque les techniques l’ont permis, les plantes ont aussi été conservées séchées, pressées entre des feuilles de papier. Plus récemment, elles ont pu être photographiées.

Ainsi, ces traités, herbiers, inventaires racontent, dans le langage de leur époque, les caractéristiques morphologiques des plantes, les lieux où elles se développent ou ont été observées, la manière dont elles se reproduisent ou sont reproduites, les usages que des humains en font pour la santé et la vie quotidienne, et les noms qu’on leur a donnés. Constitués en livres, en rapports ou en recueils, ils ordonnent les plantes selon une logique qui reflète la manière dont l’auteur essaye de les comprendre.

Au cours du temps, les manières dont elles ont été nommées ont donné lieu à de nombreuses équivoques et recoupements jusqu’à ce qu’au milieu du 18e siècle, la nomenclature proposée par Carl von Linné, régulièrement revue et adaptée depuis lors, s’est imposée internationalement, et permet aujourd’hui d’identifier les plantes d’une manière partagée. Par contre, cette nomenclature, qui introduit un classement par familles reposant sur l’observation des caractéristiques morphologiques et modes de reproduction des plantes à l’œil nu, puis au microscope, est aujourd’hui remise en cause par les connaissances génétiques.

Les traités, herbiers et inventaires traduisent aussi une certaine prépondérance que la pensée occidentale moderne a conférée aux listes, à la classification et au découpage du monde, phénomène accentué par les conquêtes coloniales qui engagèrent de nombreux Etats européens, compagnies commerciales et institutions savantes dans l’édification d’un « inventaire du monde connu » souvent à des fins « profitables ».

De L’Histoire naturelle de Pline l’Ancien rédigée au Ier siècle de notre ère au Livre des arbres et des arbrissaux de Pierre Lieutaghi publié en France pour la première fois en 1971[2], en passant par le Cruijdeboek de Rembert Dodoens[3] édité dans les anciens Pays Bas du 16e siècle, il serait faux de dire que les pratiques ou les territoires sont absents de ces formes de connaissances. Ils transparaissent ici et là et donnent parfois accès au point de vue de celui qui recueille. Les liens entre exercice de la botanique et naissance de l’écologie sont par ailleurs historiquement bien attestés. Mais le plus souvent, dans l’entreprise savante occidentale, les pratiques, les relations que des humains ont entretenues ou entretiennent avec les plantes, les territoires sont effacés alors même que, de multiples manières, ils ont servi à l’élaboration de ces inventaires. Des connaisseurs des plantes de tous les continents, femmes et hommes, appartenant à des milieux sociaux, culturels… tout à fait différents ont contribué, comme éclaireurs, informateurs, à leur insu ou de leur plein gré, à l’entreprise de fabrication de cette connaissance qui circule et se partage de manière codifiée dans le monde d’aujourd’hui[4].

Même si, au cours du 20e siècle, Richard Evans Schultes (1915-2001), André Georges Haudricourt (1911-1996) ou François Couplan (1950-) – pour ne citer que certains ethnobotanistes – ont travaillé à diffuser et raviver quantité de savoirs qui avaient été mis de côté par les études botaniques, force est de constater que les inventaires, les listes, et plus récemment les chiffres, occupent dans l’Occident moderne une place toujours centrale, parfois contestée mais rarement ébranlée. Ces inventaires et manières de construire les connaissances servent et alimentent des politiques de santé, des politiques culturelles, des politiques territoriales. Par exemple, le catalogue de variétés de semences autorisées à la vente, ou les listes de plantes invasives européennes s’imposent aux pratiques locales, dans les champs, les friches ou les aménagements urbains. Ils occultent des relations entre humains, plantes et territoires qui sont peut être justement à même de nous aider à « revenir sur terre »[5], dans nos manières de transformer nos lieux de vie et de partager nos connaissances.

Pour autant, nous ne voudrions pas évacuer trop vite ces inventaires mais plutôt essayer de comprendre et de ramener à l’intérieur du geste classificatoire quelque peu « extractif » (c’est-à-dire qui « extrait » les plantes de leurs relations multiples) qu’ils opèrent, les pratiques bien ancrées qui l’entourent et le précèdent : arpentages, excursions, cartographies, atlas… Pourquoi aujourd’hui, nous inventorions et listons encore, et quelles sont les questions qui se posent ou se sont posées à ceux et celles qui inventorient et listent. Autrement dit, pourquoi et comment cueille-t-on et recueille-t-on les plantes encore aujourd’hui ? La question est d’autant plus intrigante – et impérieuse – que la plus grande part de la recherche consacrée aujourd’hui aux plantes est déterminée par une course à la reconnaissance et à l’exploitation de leurs propriétés « utiles » et que dans ces « laboratoires », les territoires, les biotopes, les paysages, comme beaucoup de ceux qui les peuplent, humains comme non-humains, n’ont plus tellement de place ou de rôle à jouer.

Ainsi, les invité.e.s des séances de cette trajectoire nous feront part de leurs pratiques ou des enquêtes qu’ils et elles ont menées au sujet de l’art présent ou passé de « re-cueillir » les plantes.

***

Programme

Dimanche 7 octobre 14h00 – 16h30 

Excursion botanique le long du Quai des Péniches avec Jean-François Olivier de l’Association pour l’Etude de la Floristique (AEF).

Nous commencerons la trajectoire en nous joignant au rendez vous bimensuel de cette association de naturalistes bénévoles. Nous participerons à leur tentative d’inventorier exhaustivement les plantes présentes dans un lieu choisi. Beaucoup de noms latins fuseront, certaines plantes seront reconnues à première vue, parfois, il faudra quand même sortir la loupe ou la flore pour identifier une plante, tout sera noté. Pas de connaissances botaniques préalables requises, nous serons guidé.e.s !

Max. 15 personnes, inscription nécessaire : ecobxl@collectifs.net

Jeudi 18 octobre 14-17h

ULB, Maison des Sciences humaines

Sarah Erman (KUL/Paris Sorbonne) : « Femmes, genre et botanique à Bruxelles (1870-1940) ».

Jeudi 15 novembre, 12h30-14h

Projection de « Paul Jovet, un botaniste dans la ville », un film d’Eric Cloué (France, 1983, 47mn, Super 16mm digitalisé).
à l’université Saint Louis, salle 4015 (accès par le parking au 119 rue du Marais, porte tout de suite à gauche après la barrière, puis ascenseur jusqu’au 4ème étage)

Nous prévoyons des sandwichs, prévenez-nous donc de votre venue en écrivant à ecobxl@collectifs.net !

Jeudi 15 novembre 14-17h

« Wood Wide Web » fait pousser une forêt à Bruxelles… mais quelle forêt ? Pour quoi faire ? Qui la fait pousser ? « Nous » ?

Priscille Cazin, cheville ouvrière du projet, profitera de l’après-midi pour nous emmener dans la forêt de Bruxelles et, si vous le voulez, y ajouter un arbre… celui que vous apporterez soit avant la séance, soit en séance, en s’inspirant de l’invitation qui nous est faite : https://woodwideweb.be/fr/

à l’Université Saint Louis. Attention, la salle a changé ! Ce sera salle 4015

accès par le parking au 119 rue du Marais, porte tout de suite à gauche après la barrière, puis ascenseur jusqu’au 4ème étage.

Jeudi 6 décembre 13h30-16h30

Rencontre avec Sidonie Preiss et Lien Speleers sur leur lieu de travail à l’Institut Royal de Sciences Naturelles de Belgique (IRSNB) : Rue Vautier 29, 1000 Bruxelles.

Elles partageront avec nous leurs investigations à partir d’échantillons de sédiments issus de fouilles archéologiques. Cécile Wastiaux (Association pour l’Étude de la Floristique) qui a contribué à la constitution de la banque de graines contemporaines avec laquelle elles travaillent, les accompagnera pour en parler. L’atelier archéobotanique qu’elles nous proposent s’intitule : « De la graine aux champs et de la graine à l’assiette : une autre manière d’approcher l’Histoire ».

Pour cette séance, le nombre de places pour est limité : merci de vous inscrire en écrivant à ecobxl@collectifs.net.

Quelques lectures possibles

Lucille Allorge, La fabuleuse odyssée de plantes :  Les botanistes voyageurs, les Jardins des plantes, les Herbiers Paris, Hachette littératures Pluriel, 2009.

Samir Boumediene, La colonisation du savoir. Une histoire des plantes médicinales du « Nouveau Monde » (1492-1750), Vaulx-en-Velin, Éditions des Mondes à faire, 2016.

Aurélien Gabriel Cohen, « Le végétal, savoirs et pratiques, usages des oxymores pratique des lisières » dans Cahier Philosophiques n° 152, 2018.

Emilie Hennot et al., Cueillette buissonnière dans le bocage. L’usage populaire des plantes sauvages en Thiérache -Pays de Chimay, Aquascope de Virelles, 2015.

Jean-Paul Deléage, Une histoire de l’écologie, Paris, Seuil, 1994.

André-Georges Haudricourt, « Une discipline nouvelle : l’ethnobotanique », Les Cahiers rationalistes 158 (novembre 1956) [réédité en 1986 à La Manufacture, Lyon].

Pierre Lieutaghi, Le Livre des arbres et des arbrissaux, Paris, Actes Sud, 2004 [1971].

Pierre Lieutaghi, La Plante compagne : pratique et imaginaire de la flore sauvage en Europe occidentale, Arles, éditions Actes Sud, 1998 (nouvelle édition).

Nathalie Machon, Sauvages de ma rue, guide des plantes sauvages des villes de France, Paris, éditions Le Passage et Muséum National d’Histoire Naturelle, 2016.

Valéry Malecot, « La botanique : de l’inventaire du 18e siècle à la phylogénie du 21e siècle », Bulletin de l’Académie des Sciences et Lettres de Montpellier, 48, 2, 2017.

Audrey Muratet, Myr Muratet et Marie Pellaton, Flore des friches urbaines, Paris, Editions Xavier Barral, 2017.

Natasha Myers, « Conversations on Plant Sensing : Notes from the Field », NatureCulture, 2015.

Émilie-Anne Pépy, « Décrire, nommer, ordonner. Enjeux et pratiques de l’inventaire botanique au XVIIIe siècle », Etudes rurales, 195, 2015/1 Les mondes des inventaires naturalistes.

Jean-Baptiste Saint-Lager, « Histoire des Herbiers », Annales de la Société botanique de Lyon, tome 13, Notes et Mémoires , 1885-1886, pp. 1-120.

 Le séminaire « Ecologies de Bruxelles » est organisé dans le cadre du projet « Un nouvel hinterland ? », mené conjointement à l’Université Libre de Bruxelles et à l’Université Saint-Louis Bruxelles, et financé par Innoviris .

[2] Pierre Lieutaghi, Le Livre des arbres et des arbrissaux, Paris, Actes Sud, 2004 [1971]

[3] Rembert Dodoens, Cruydeboeck, Anvers, 1554.

[4] sur ces aspects, l’ouvrage de Samir Boumediene La colonisation du savoir. Une histoire des plantes médicinales du « Nouveau Monde » (1492-1750), Vaulx-en-Velin, Éditions des Mondes à faire, 2016) est très éclairant.

[5] En référence à la trajectoire précédente de notre séminaire intitulée Terrestrialités.

15 Septembre : Rencontre au tour de « Terres des Villes » à la Maison du CFC

À la Maison CFC à 15h

Place des Martyrs, 14
1000 Bruxelles

P.A.F : 5 €

Chloé Deligne et Benedikte Zitouni du Groupe de recherche Écologies de Bruxelles s’entretiendront avec Isabelle Stengers, philosophe.
Depuis quelques années, on voit surgir dans les villes des expériences qui réinventent, sur des modes collectifs, la tradition des anciens potagers urbains. En se glissant dans les interstices de la ville, sur des terrains oubliés, dans l’angle mort de barres d’immeubles ou sur les toits des bâtiments, elles interrompent « le long orphelinat » des bâtiments sans âme dont la fureur immobilière a le secret.

À partir de Bruxelles où existait déjà une tradition de maraîchage spécialisé et de jardins ouvriers, cet ouvrage retrace l’histoire de la ville nourricière et des combats qu’elle suppose. Il témoigne d’expériences nouvelles, quelques fois victorieuses du béton, le temps de reprendre souffle.

Terresdesvilles est publié par les Éditions de l’éclat
Il est l’œuvre d’un collectif de six auteurs dont font aussi partie Livia Cahn, Noémie Pons-Rotbardt, Nicolas Prignot et Alexis Zimmer.

En collaboration avec Wood Wide Web.

https://www.maisoncfc.be/fr/agenda/

Présentation du livre au Midi de l’IRIB 28 Octobre

28 Octobre 2018

Début : 12:00 – Fin : 14:00

Midi de l’IRIB – Les potagers bruxellois : quels devenirs écologiques? Université Saint-Louis, local P61

A l’heure des « villes intelligentes », des villes « créatives », des villes « durables »,… de ces imaginaires et modèles dans lesquels les réalités urbaines sont aplaties par les injonctions et les larges échelles, comment donner une place aux observations menées au ras du sol, aux forces du vivant et aux attachements qui nous nourrissent ? En d’autres termes, comment donner une place à ce que nous pourrions appeler des « écologies urbaines » ? Nous verrons que les enquêtes récentes menées dans des potagers bruxellois nous livrent de nombreuses pistes pour le faire.

Programme
12h00 – sandwiches ; 12h30 – exposé ; 13h30 – discussion et débat

Inscription
Les inscriptions pour cette séance seront ouvertes une fois la séance précédente achevée. Notez d’ores et déjà la date dans votre agenda!