Archives de catégorie : Interventions

Séminaire interdisciplinaire d’études juridiques

Une autre économie : L’agro-écologie, entre campagne et villes.

Mardi 18 octobre 2016 à l’université de Saint-Louis, dans le cadre du séminaire interdisciplinaire d’études juridiques (SIEJ) Benedikte Zitouni (USL-B) et Chloé Deligne (FNRS/ULB) ont presentée les débouches du projet du livre (en cours rédaction) de l’équipe sur les pratiques d’agriculture en ville à Bruxelles. Philippe Baret, professeur à l’UCL et agronome, a évoquer le développement et le potentiel des pratiques agro-écologiques en Belgique.

vidéo du séminaire en ligne

 

Ecole d’été de l’agriculture urbaine à Bruxelles

1ère École d’été de l’agriculture urbaine et alimentation durable à Bruxelles

Interventions de l’équipe les lundi 4 et vendredi 8 juillet

DESCRIPTIF :

L’agriculture en ville n’est pas qu’un affaire de slogans ou de concepts. C’est aussi l’affaire d‘héritages, de générations, d‘histoires, de conflictualités et, parfois, de luttes, de pratiques, de réseaux, d‘ancrages ou de déracinements, de subsistance, de plantes et de sols à cultiver… ou pas, d‘espaces improbables. Ce sont des mondes qui se déploient et souvent aussi disparaissent en dépit des discours et des slogans bien intentionnés qui fleurissent aujourd’hui. Enquêtant sur les « terres cultivées » à Bruxelles aujourd’hui et hier, notre équipe, plurielle, ne cherche pas à résoudre la question de savoir si ces cultures nourriront la ville, si elles sensibiliseront les urbains à la « nature », si elles sont oui ou non vouées à l’éphémère, si elles valent plus ou moins qu’une autre fonction urbanistique, mais de saisir en quoi les pratiques de la terre fabriquent d’ores et déjà une autre ville que celle qui nous est proposée. A travers la mise en récits de ces mondes passés et en devenir, à travers leur mise en polyphonie, nous cherchons à leur donner force et enrayer leur précarité.

INTERVENANTS :
Benedikte Zitouni, Chloé Deligne, Livia Cahn, Nicolas Prignot, Noémie Pons-Rotbart.

ecole-ete-au-bxl_dessinprogramme-école d’été d’agriculture urbaine -bruxelles-2016

Journées de l’iRiB

19 Mai 2016

Balade guidée dans le bas Molenbeek:  des imaginaires à l’épreuve du réel avec quatre arrêts, sur les traces de la petite Senne

PlanMolenbeek-2016-2

Le jardin de la rue de l’avenir, pour une présentation d’un agriculteur biologique du Pajottenland qui vendra ses légumes biologiques une fois par semaine dans ce jardin partagé de Molenbeek.

Le jardin urbain, accompagné par l’asbl La Rue, un jardin de quartier qui existe depuis 2000 (rue fin) implanté à l’endroit d’une ancienne cité ouvrière, dont certaines traces sont encore visibles.

La visite d’une des toitures incluse dans la vision futuriste d’une agriculture sur plusieurs toits de Molenbeek pour 2020, dossier non retenu pour financement européen.

Un jardin d’insertion de maraichage a petit échelle, démarré en 2015 par l’asbl Groot Eiland sur un terrain  de 2000m2, sur une parcelle de la petite Senne, derrière la brasserie Bellevue.

Traces iconographiques :

seminaire C.E.S.

1 Mars 2016

Intervention dans le séminaire du Centre d’Etudes Sociologiques (CES) de l’Université Saint-Louis Bruxelles, « Brassage des temps à Bruxelles. L’histoire comme vivier des possibles », Livia Cahn (USL-B), Chloé Deligne (ULB), Noémie Pons-Rotbardt (ULB), Nicolas Prignot (ULB) et Benedikte Zitouni (USL-B)

Une équipe présentera sa recherche autour des potagers et de l’agriculture urbaine à Bruxelles, expériences présentes et passées, en exposant le projet de livre qu’elle est en train d’élaborer à ce sujet. Il s’agit d’un livre à histoires multiples où l’on croise la grande épopée de l’industrialisation, la modernité et ses suites, le rapport à la subsistance et à la crise. Cette histoire est traduite en une série de récits localisés, chacun brassant plusieurs temporalités, alliant faits divers et éléments structurels afin d’ouvrir à des horizons variés et faire écho aux développements urbains d’aujourd’hui… Ainsi, le livre vise à reconnecter les potagers et l’agriculture urbaine aux enjeux oubliés ou du moins déconsidérés de l’alimentation et de la diversité en ville. Plusieurs questions pourront être abordées : un récit qui passe par « l’immédiateté de la présence sensible » pour reprendre l’expression de Walter Benjamin, peut-il prétendre avoir une valeur conceptuelle ou théorique ? Qu’est-ce que mélanger des présences sensibles variées ? Y a-t-il des terres à défendre ? Le matérialisme d’une part et la multiplication des perspectives d’autre part, peuvent-ils y aider ?