Archives de catégorie : Interventions

Paris: mener l’enquête de l’habitabilité

Jeudi 18 mai 2017

Cycle « Écologie pratique et place des collectifs »

Troisième journée de l’atelier “Habiter la transition. Des pratiques existantes
aux politiques de transition : circulations et ambiguïtés”

(9h30-16h30)

Institut des Sciences de la Communication du CNRS (ISCC)
20 rue Berbier-du-Mets 75013 Paris
Métro Les gobelins (ligne 7)
Entrée libre (sans inscription)
Programme et plan d’accès PDF

Coordonnateurs de la séance : Rémi Eliçabe[1] et Jérôme Boissonade[2]

Depuis la mise en œuvre des premiers quartiers durables en Europe, la problématique de l’habiter est au centre de l’attention des aménageurs et des décideurs. La question qui se pose à eux est celle de savoir comment accompagner les habitants à la transition écologique et énergétique et, par-là, comment assurer l’appropriation par ces habitants de nouveaux modes de vie durables ? La recherche en sciences sociales est donc sollicitée pour suivre les transformations sur l’habiter qu’entraîne l’expérimentation de nouvelles techniques de construction et comprendre les éventuels problèmes qui se posent au fil de leur implantation. Mais une demande sociale importante lui est aussi adressée à l’échelle plus large de la mutation de l’urbanité et de la ville dans son ensemble, une demande que l’on pourrait formuler de la manière suivante : comment habiter la ville durable ?

La thématique de l’habiter est donc arrivée en force dans la littérature avec les premiers états des lieux qui prennent en compte les usagers et les habitants des écoquartiers français. Cette thématique est véritablement prise en charge par une génération de jeunes chercheurs (par exemple S. Nemoz, V. Renauld, F. Valegeas, Z. Hagel, H. Subrémon) qui est la première à poser la question de l’habiter dans la ville durable à l’épreuve de ses réalisations concrètes, sans discréditer par avance le discours des habitants et en prenant au sérieux leurs pratiques. Des parties entières de ces thèses sont consacrées à l’appréhension réflexive des habitants quant aux nouveaux dispositifs et aménagements durables, ou à leurs consommations énergétiques. Inspirées par les travaux de M. De Certeau sur les ruses de la vie quotidienne et les arts de faire des usages (arts des faibles, art du braconnage) et la sociologie pragmatique, ces recherches donnent à voir des habitants inventifs, bricoleurs, débrouillards, compétents pour résoudre toutes sortes de problèmes, agissant à des échelles multiples et de manière coordonnée.

On ne peut que se réjouir de la publication de ces travaux, qui permettent de commencer à re-symétriser une recherche qui avait tendance à n’éclairer le phénomène du développement urbain durable que depuis l’angle de sa gouvernance et de son déploiement technique et à ne considérer les habitants que comme des freins à ce développement. Mais si l’ensemble de ces travaux mettent en valeur ceux qui sont au centre de ces transformations de la ville, les habitants des écoquartiers et autres quartiers durables, avec toutes les compétences dont ils sont dotés, de nombreuses questions restent ouvertes : quel sens les habitants donnent-ils aux nombreux dysfonctionnements techniques rencontrés dans ces nouveaux écoquartiers ? Et de là, quelles continuités ou discontinuités peut-on repérer entre aménageurs et techniciens d’un côté et habitants de l’autre ? Quelles échelles de l’habiter sont prises en compte dans ces enquêtes ? Quelles pratiques de la ville, autres que purement domestiques d’une part ou adaptatives d’autre part, sont mises en valeur ? Quelle place est donnée non plus seulement à l’inventivité des habitants mais à leur capacité analytique, à leur capacité à problématiser la ville durable ?

Cette séance aura pour objectif de faire le point sur les méthodes autant que sur les résultats de ces enquêtes récentes sur l’habiter durable. Nous nous demanderons donc autant comment mener l’enquête sur l’habitabilité que ce que ces enquêtes nous apprennent de neuf sur les capacités des habitants à problématiser et agir dans ce contexte de transition écologique des villes. Deux des exposés auront directement à charge de présenter des enquêtes menées auprès d’habitants de grands écoquartiers fraîchement livrés, notamment Lyon Confluence : Ludovic Morand (suivi d’une intervention de Sophie Nemoz) et le GRAC (suivi d’une intervention de Martin Denoun). Un dernier exposé, en début d’après-midi, ouvrira le champ de questionnement au moyen d’une enquête collective et multisituée sur des pratiques d’agriculture urbaines initiées par des habitants (Bénédikte Zitouni, Alexis Zimmer et Chloé Deligne). Sophie Nemoz et Martin Denoun mettront en perspective les trois présentations et animeront la discussion.

Les enregistrements audios de la séance sont directement accessibles depuis le programme ci-dessous :
Cliquez sur le passage du programme concerné, puis Télécharger (le fichier peut alors être écouté ou téléchargé : clic droit sur la barre de progression audio et choisir “Enregistrer le fichier sous…”)

 

Introduction de Jérôme Boissonade

Matinée (9h30 – 12h30) :

Ludovic Morand[3] : « Un habiter durable ? Apports et limites d’une approche non-évaluative de l’habiter »[4]

Questions de Sophie Nemoz[5] ; Questions de la salle ; Réponses[4] de Ludovic Morand

Rémi Eliçabe, Amandine Guilbert[6] et Yannis Lemery[7] du GRAC (Lyon) : « Suivre la logique vivante de l’habiter. Une enquête aux côtés des habitants de Lyon Confluence » : Première partie ; Deuxième partie

Questions de Martin Denoun[8] ; Réponses du GRAC

Après-midi (14h – 16h30) :

Introduction de Rémi Eliçabe

Bénédikte Zitouni[9], Chloé Deligne[10] et Alexis Zimmer[11] du collectif “Ecologies de Bruxelles”[12] : « Terrains et intrigues. Passés, présents et futurs des jardiniers en ville » : Première partie ; Deuxième partie

Débat avec la salle : Première partie ; Deuxième partie

Discutants : Sophie Nemoz et Martin Denoun[13]

.

[1] Sociologue, chargé de recherche au Groupe Recherche Action (GRAC)
[2] Architecte, Maitre de Conférences en sociologie (ULCO – UMR LAVUE)
[3] Sociologue, Centre Norbert Elias, EHESS Marseille.
[4] Ludovic Morand n’a pas souhaité rendre l’enregistrement de sa communication et de ses réponses aux questions disponible en ligne.
[5] Maître de Conférences à l’Université de Bourgogne/Franche-Comté Laboratoire de Sociologie et d’Anthropologie (LaSA).
[6] Chargée de recherche au Groupe Recherche Action (GRAC)
[7] Chargé de recherche au Groupe Recherche Action (GRAC)
[8] Sociologue, professeur à l’Université Saint-Louis Bruxelles
[9] Historienne, chercheur qualifiée au FNRS, Université Libre de Bruxelles
[10] Historien, post-doctorant, à l’Institut des Humanités de Paris, Université Paris-Diderot)
[11] Collectif aussi composé de Livia Cahn (USLB CES), Noémie Pons-Rotbardt (ULB LIEU) et de Nicolas Prignot (ULB, LIEU)
[12] Doctorant au Groupe de Sociologie Pragmatique et Réflexive (GSPR) EHESS

Berlin, in defense of Brussels gardens

14. April 2017 18:0020:00

Noemie Pons-Rotbardt and Livia Cahn – researchers and garden activists based in Brussels – propose a conversation (in English) around the questions : of how best to defend urban community gardens from disappearing under new urban developments? and about what kind of alliances matter ?

Noemie and Livia will share their experience of being gardeners and activists and members of a research team Ecologies de Bruxelles (at the Université Libre de Bruxelles and Université Saint Louis, Brussels) that works on how urban ecologies are part of urban and social struggles. They will bring along a few documents about their favourite stories from Brussels.

On the eve of the 17th of April, the International Day of Peasant Struggles (called by Via Campesina since 1996) they will tell the story of a growing political movement in Brussels. One year ago, the Tuiniers Forum des Jardiniers (a Dutch and French hybrid name used to designate a forum of gardeners and defenders of green spaces) was formed when more than 200 urban gardeners came together to try and defend gardens and green spaces from concrete paving in Brussels. The one-year-old forum will join in with the actions and discussion planned across Belgium for the International Day of Peasant Struggles.

Noemie and Livia would like to share this search of alliances „in the making“ and would like to hear about any movements to defend free urban places in Berlin, and particularly community gardens. Join us for a conversation.

An event in cooperation with the Nachbarschaftsakademie

http://www.nachbarschaftsakademie.org/event/in-defence-of-the-gardens-brussel-stories/

Séminaire interdisciplinaire d’études juridiques

Mardi 18 octobre 2016

Une autre économie : L’agro-écologie, entre campagne et villes à l’université de Saint-Louis, dans le cadre du séminaire interdisciplinaire d’études juridiques (SIEJ) Benedikte Zitouni (USL-B) et Chloé Deligne (FNRS/ULB) ont presentée les débouches du projet du livre (en cours rédaction) de l’équipe sur les pratiques d’agriculture en ville à Bruxelles. Philippe Baret, professeur à l’UCL et agronome, a évoquer le développement et le potentiel des pratiques agro-écologiques en Belgique.

vidéo du séminaire en ligne

 

Ecole d’été de l’agriculture urbaine à Bruxelles

Ecole d’été de l’agriculture urbaine à Bruxelles

vendredi 8 juillet 2017

DESCRIPTIF :

L’agriculture en ville n’est pas qu’un affaire de slogans ou de concepts. C’est aussi l’affaire d‘héritages, de générations, d‘histoires, de conflictualités et, parfois, de luttes, de pratiques, de réseaux, d‘ancrages ou de déracinements, de subsistance, de plantes et de sols à cultiver… ou pas, d‘espaces improbables. Ce sont des mondes qui se déploient et souvent aussi disparaissent en dépit des discours et des slogans bien intentionnés qui fleurissent aujourd’hui. Enquêtant sur les « terres cultivées » à Bruxelles aujourd’hui et hier, notre équipe, plurielle, ne cherche pas à résoudre la question de savoir si ces cultures nourriront la ville, si elles sensibiliseront les urbains à la « nature », si elles sont oui ou non vouées à l’éphémère, si elles valent plus ou moins qu’une autre fonction urbanistique, mais de saisir en quoi les pratiques de la terre fabriquent d’ores et déjà une autre ville que celle qui nous est proposée. A travers la mise en récits de ces mondes passés et en devenir, à travers leur mise en polyphonie, nous cherchons à leur donner force et enrayer leur précarité.

INTERVENANTS :
Benedikte Zitouni, Chloé Deligne, Livia Cahn, Nicolas Prignot, Noémie Pons-Rotbart.

ecole-ete-au-bxl_dessinprogramme-école d’été d’agriculture urbaine -bruxelles-2016