Archives de catégorie : Journée d’étude

Sols urbains, sols précaires. Regards croisés 24&25 Oct

Projection de film, mercredi 24 octobre, 19h30 ( ULB, salle de projection de la Maison des Arts, av. Jeanne 56)

Journée d’étude, jeudi 25 octobre, 9h-17h ( ULB, Salle Henri Jane, av. Jeanne 44, bat. S, 15e étage)

Argument

A l’époque médiévale, le développement de Bruxelles en tant que ville transforme profondément les terres de la vallée de la Senne. Des sols sont drainés, asséchés, exhaussés, excavés, travaillés,… pour accueillir de nouvelles activités, infrastructures et constructions. Par ailleurs, ce développement urbain est aussi intimement lié à la transformation de l’agriculture des environs —donc de la qualité et de la nature des sols— dont il tire profit et qui permet directement ou indirectement l’essor de l’activité commerciale. Durant des siècles, Bruxelles, comme tant d’autres villes, s’est donc construite dans une interaction constante avec « ses » sols proches, à la fois comme supports de la ville bâtie et comme ressource nécessaire à sa propre subsistance.

Aujourd’hui, si leur considération en tant que ressource pour la subsistance a été quasiment effacée en ville, en revanche, ils sont toujours partie prenante de la fabrique urbaine. Les sols des villes sont découpés en parcelles dans des plans cadastraux, affectés à des fonctions dans les outils de planification, et par-dessus tout, ont une valeur foncière attribuée par un marché. En dehors de leurs attributs juridiques et marchands, les sols existent aussi matériellement comme lieux de stabilité ou d’instabilité pour les constructions, comme lieux de percolation ou d’accumulation des eaux de pluie, mais également comme substrats pollués, héritiers des pratiques qui les ont habités, ou encore comme réceptacle de restes matériels de l’histoire de la ville.

Cette matérialité des sols (hydrologie, pollution, richesses archéologiques) est prise en compte lors des chantiers mais elle ne transforme que rarement les projets immobiliers. Elle est obstacle et non atout pour ceux-ci. Souvent, les terres nécessaires à ces projets sont importées d’ailleurs, déplacées à travers des circuits complexes. Ce sont des terres-marchandises, définies selon des normes de stabilité et de pollution. Ce ne sont pas des terres chargées d’histoire ni même de potentiel agricole. En effet, la question de l’approvisionnement ayant été (provisoirement ?) réglée à travers les moyens de transport et les rapports de domination exercés sur des espaces lointains, la ville peut se construire comme si elle était « hors sols ».

Depuis longtemps, cependant, les sols font l’objet d’une attention soutenue de la part de plusieurs disciplines et d’observateurs. Depuis sa naissance autour de 1880, la « science des sols », la pédologie, se concentre sur la question de la genèse et de l’évolution des sols. La « science agricole », l’agronomie, a pour un de ses points nodaux la question de la reconstitution de la fertilité des sols et de leur structure. Et, depuis une trentaine d’années, les constats écologiques auxquels nous sommes confrontés en renouvellent les termes, contribuant à une reconsidération des sols comme un matériau précieux, fragile, vivant, dont il nous faut prendre soin. Cette conception renouvelée a irrigué les champs de l’agriculture et de la production alimentaire mais reste peu présente en ville.

Les sols des villes, en dehors des cadres qui en prescrivent les valeurs marchandes, les fonctions et la constructibilité (cf. supra), ne reçoivent que très peu d’attention ; certains chercheurs considèrent même qu’il ne s’agit là pas réellement de sols. Or, dans une perspective d’écologie politique, revendiquée par notre projet et notre équipe de recherche, et face à la nécessité de fabriquer d’autres mondes possibles, il nous semble que les sols urbains sont tout aussi essentiels à reconsidérer autrement que comme supports de la ville bâtie.

Proposition

Lors d’une première journée « Sols » organisée au printemps 2016, grâce à la présence de différent.e.s invité.e.s, nous nous étions penché.e.s sur la problématique spécifique de la pollution des sols en milieu urbain tout en ouvrant déjà des perspectives sur les façons dont se sont construites les sciences des sols et sur les manières dont nous pourrions nouer d’autres rapports avec eux. Pour cette deuxième journée, nous voulons mettre l’accent sur la « précarité » des sols urbains, la précarité étant comprise au sens général comme l’incertitude quant à la possibilité de maintenir une vie acceptable c’est-à-dire un « devenir organique » pour ces sols. La précarité est cette condition dans laquelle tout semble prêt à basculer, au point qu’aucune stabilité n’est envisageable.

Les sols urbains sont précaires, selon nous. Ils sont dans une situation de telle déconsidération qu’ils risquent non seulement de perdre leur potentiel nourricier ainsi que leur charge historique et affective, mais aussi de passer à côté du renouveau des attentions écologiques qui pourraient leur être portées. Comme si, y compris pour les écologistes, les sols urbains étaient, à des rares exceptions près (notamment dans les potagers), des sols morts.

Appuyée sur la notion de précarité ainsi définie, cette deuxième journée « Sols » visera à interroger ce que ces sols urbains rendus précaires font ou pourraient faire à la ville aujourd’hui et demain s’ils étaient reconsidérés. Que se passe-t-il lorsqu’on leur rend leur charge historique et affective ? Quels effets peut avoir l’exploration de leurs dimensions archéologiques, historiques, hydriques et biologiques mais aussi sensuelles, relationnelles, poétiques ? Quelle différence cela fait-il lorsque les sols urbains sont considérés comme vivants, et pas uniquement dans les potagers ?

Pour penser ce que l’intégration de dimensions actuellement « hors cadres » des sols urbains peut ou pourrait renouveler, nous avons invité des praticien.ne.s des sols, chercheurs et artiste, à venir raconter leur point de vue sur ces questions. Ils, elles, explorent des friches urbaines et industrielles. Ils, elles, ont en commun de travailler avec des sols en place, in situ. Nous aurons aussi l’occasion de rapporter les maintes histoires de sols urbains qui ont tramé la recherche de notre équipe, plus particulièrement autour de trois sites que sont le chantier d’un futur parc à la Porte de Ninove, un potager jouxtant la Senne à Anderlecht et le plateau d’Avijl à Uccle.

En guise de mise en bouche, la veille de la journée d’étude, nous proposons un film réalisé par le géographe Matthew Gandy portant sur les transformations de Berlin après la chute du mur, qui ont fait naître des attentions particulières pour les sols et leur végétation, des mouvements de défense d’espaces végétalisés en ville et la création de plusieurs parcs urbains publics.

Programme

Mercredi 24 Octobre 19h30

ULB, Salle de projection de la Maison des Arts, avenue Jeanne 56, 1050 Bruxelles

Projection de « Natura Urbana, the Brachen of Berlin » (VOstFR 72 min) documentaire réalise par Matthew Gandy (Université de Cambridge). Le documentaire présente les manières de penser, enseigner, étudier et militer dans une ville profondément influencée par l’écologie de ses friches, par la végétation qui s’est installée dans des espaces marginaux et précaires. Le film est en anglais, sous-titré en français.

Jeudi 25 octobre 2018

ULB, Salle Henri Jane, bâtiment S (44, av. Jeanne, 1050 Bruxelles), 15e étage

9h00 : Accueil

9h30-10h00 Introduction à la Journée : Chloé Deligne (ULB/FNRS-LIEU/MMC) & Benedikte Zitouni (USL-B-CES) : « Tenir au sol »

10h00-11h00 Yannick Devos (ULB-CReA Patrimoine) : « Vingt ans de pratiques archéologiques à Bruxelles : une autre vision des sols »

11h-11h15 Pause café

11h15-12h15 Anne Mortiaux, plasticienne : « Entre terres industrielles et reconversion : une expérience sur le site de Keramis à La Louvière »

Discussion

12h45-14h00 : Pause midi

14h00-15h00 : Noémie Pons-Rotbardt, Nicolas Prignot et Livia Cahn (ULBLIEU-ULS-B/CES) : « Chantier à la porte de Ninove, Potager de la Senne à Anderlecht et Plateau d’Avijl à Uccle : trois sites bruxellois, trois essais sur les sols. »

15h00-16h00 Agnès Sourisseau, paysagiste : « Les sols délaissés issus d’infrastructures urbaines : une décennie de soins au site des Monts Gardés (Claye-Souilly, France) »

16h15-16h30 : Pause

16h30-17h00 Réactions et discussions avec Saïd El Fadili (division sols de Bruxelles-Environnement), Philippe De Staerke (division espaces verts de Bruxelles-Environnement) et Germain Meulemans (Centre Alexandre Koyré, EHESS)

L’inscription à la projection et à la journée est gratuite mais obligatoire.
Merci de confirmer votre présence en contactant : ecobxl@collectifs.net


Sols pollués

Journée d’étude, 29 avril 2016, 9h15 à 17h

(illustration by Katie Scott)

Université Libre de Bruxelles, Campus du Solbosch, Salle Henri Janne, 1050 Bruxelles

L’argument

Aujourd’hui, l’agriculture urbaine est une pratique de plus en plus mise en avant par les pouvoirs publics, présentée comme l’étendard d’un mode de vie plus sain et respectueux de la nature au cœur de la ville. Cependant, rares sont les projets qui se développent sur des terres arables ou cultivées depuis des décennies. Le plus souvent, ils se développent sur des terres de remblais à l’histoire mal connue, d’anciennes parcelles industrielles ou artisanales, des abords de chemins de fer… Ils peuvent alors être confrontés aux polluants hérités de ces activités urbaines, accumulés dans les sols.

Face à cette pollution des sols, la question qui se pose relève souvent d’une alternative simple : peut-on, oui ou non, cultiver cette terre polluée ? Les inquiétudes sont normales et partagées par les cultivateurs autant que par les pouvoirs publics. Est-il risqué de consommer des légumes ayant poussé sur un ancien site industriel ? Les réponses institutionnelles et scientifiques à cette inquiétude sont souvent pauvres, simplifiées à l’extrême. Sur base d’un échantillon de sol, on sanctionnera la possibilité ou l’impossibilité de cultiver, en se référant à une échelle standardisée définissant ce qu’est un sol cultivable.

Peut-on complexifier cette échelle unique définissant un sol propre ou impropre à la culture ? Cette journée se penchera sur différentes pistes de pratiques et de réflexions pour tenter d’explorer la question de la pollution des sols en tant que telle. En effet, s’il semble indispensable d’éviter au maximum la pollution des sols qui servent à nous nourrir, il est intéressant également de se pencher sur les manières de définir ce qu’est un sol cultivable.

Tout d’abord, il y a les pratiques de mesures elles-mêmes : comment est définie cette pollution ? Quel est le rapport entre cette pollution et la toxicité des produits qui en sont issus ? Comment ces mesures sont-elles faites et quelles sont leurs limites ? Les sols et leurs productions sont-ils égaux devant les risques liés à ces pollutions ? Existe-t-il d’autres savoirs, plus informels, qui permettent de traiter la question de manière profane ou empirique ?

Force est de constater qu’il n’y a plus de terres « pures », qui n’auraient jamais été travaillées, habitées par des intrants et des pratiques humaines. Les exigences de non-pollution sont toujours relatives à des pratiques, elles-mêmes incluses dans des systèmes sociotechniques. Par exemple, contrairement aux réglementations en vigueur, l’agriculture biologique ou la permaculture considèrent les sols de l’agriculture intensive comme des sols morts et pollués. Il importe alors de savoir comment les exigences d’une pratique peuvent s’imposer (parfois juridiquement) à une autre, bouleversant ainsi le rapport de cette pratique à la terre. La définition des exigences de dépollution des sols doit être comprise de la même manière.

Existe-t-il d’autres pratiques qui permettent de traiter le sol ou d’éviter de produire des aliments pollués ? Certains potagistes n’attendent pas l’autorisation des pouvoirs publics et le label de qualité d’un sol avant de décider de faire pousser des plantes et des aliments dans les espaces délaissés des villes. Ils plantent, se réappropriant des espaces et des problématiques abandonnées. Eux aussi sont confrontés à cette pollution, mais ne renoncent pas pour autant à l’action dans des villes qui ont oublié de chérir leurs propres sols. Comment ces pratiques s’informent et à leur tour transforment les pratiques scientifiques d’étude du sol ?

Les intervenants

Maria Puig de la Bellacasa (University of Leicester)

À certains moments de l’histoire contemporaine des pratiques scientifiques, militantes et culturelles, les sols redeviennent vivants et transforment la perception que nous avons d’eux comme matière inerte. Cette transformation mutuelle réanime des devenirs relationnels et transformatifs entre humains et sols, résistant à l’épuisement du sol conçu comme ressource productiviste, et offre des aperçus furtifs de ce que pourraient être d’autres univers assumant l’interdépendance entre eux. 

Henri Taib et Leonard Nguyen Van Thé (jardiniers urbains et co-créateurs de l’Ecole Spéciale des Espaces Libres (ESEL) à Paris)

Expérimenter la résilience des sols urbains grâce à des méthodes complémentaires : une approche sensible du territoire à travers l’art et les plantes rudérales, et des techniques agricoles via la mise en place de protocoles de reconstruction des sols. Trois sites franciliens seront abordés : la Ferme Rurban (Colombes), la Petite Ceinture (Paris 18), le Jardin d’Ailanthes (Aubervilliers).

https://soundcloud.com/livia-cahn/introduction-journee-sols-leohenri

img_3044

crédit foto: Livia Cahn

 Germain Meulemans (Doctorant en anthropologie – Université d’Aberdeen – ULg/FNRS)

Retracer l’émergence d’un intérêt pour les sols des villes en pédologie, et présentation critique du développement, en science des sols, de pratiques de construction de sols, considérées à la fois comme un modèle de recherche et comme une solution potentielle à la disparition des sols fertiles.

Jérémie Duchatelet (Biologiste/Pédologue, résponsable de projets sols et eaux chez SGS, Bruxelles)

Appréhender comment la pédologie, l’hydrogéologie, la toxicologie et la legislation s’appliquent à la mise en place d’un potager. Comment en restreignent-elles l’usage et quels sont les champs d’action possibles?

Programme Journee Sols Pollues

Justice Environnementale : Terrains en lutte

Journée d’étude,  7 décembre 2015 de 9 h à 17 h,
Salle des examens, Université Saint-Louis, 1000 Bruxelles

L’argument

La revendication d’« Environmental Justice » est née aux États-Unis, au sein de luttes qui concernent directement des questions de distribution et de répartition des nuisances environnementales : luttes autour de l’installation, dans des quartiers pauvres, d’usines, de centrales électriques, d’installation routières, voire l’implantation de quartiers résidentiels sur des zones polluées. Le constat initial souligne que les minorités sociales les plus défavorisées (que ce soit pour des raisons ethniques et/ou économiques) sont plus soumises aux pollutions et aux nuisances environnementales que d’autres groupes sociaux. La lutte s’organise pour que ce ne soit pas toujours les mêmes qui subissent les nuisances et se voient privés d’un accès à un environnement sain et à ses avantages. Depuis lors, la préoccupation d’EJ continue à alimenter ces luttes, mais aussi les recherches sur des terrains de plus en plus variés, allant des dégradations directes de l’environnement à la possibilité de bénéficier d’un espace pour cultiver ses propres légumes. Transposé dans le milieu universitaire, mais toujours ancré dans ces luttes, l’Environmental Justice devient un concept inclusif et se complexifie, mettant en relation une grande complexité sociale et une grande complexité environnementale. Il tisse sur des mêmes terrains des questionnements multidisciplinaires liant justice sociale, écologie, agriculture urbaine, accès aux ressources, racisme, etc.

Ce concept-revendication a eu moins de succès et est moins ancré dans des luttes en Europe (et particulièrement dans le monde francophone). Les chercheurs et activistes qui veulent faire vivre les tensions que l’Environmental Justice met en jeu doivent immanquablement recourir à des exemples américains, comme celui de Love Canal. Le risque qui réside dans l’utilisation de ces exemples venus d’« ailleurs » — comme les États-Unis — est de considérer que la situation est alors meilleure « chez nous », un risque de complaisance.

Alors que se négociera l’avenir du Climat dans la COP21, nous souhaitons tenter, lors de cette journée, de faire exister l’Environmental Justice en tension entre ces exemples venus d’ici et d’ailleurs. Quelles histoires, quelles pratiques ou expérimentations radicales raconter pour que l’EJ ne concerne pas toujours un autre continent, et puissent — peut-être — nourrir nos terrains ?

Ces questions seront adressées selon deux modalités. Tout d’abord, nous poserons la question de ce transfert des États-Unis vers l’Europe. Comment le concept s’est-il développé aux USA et comment s’est-il transformé en migrant vers l’Europe ? Comment l’a-t-on traduit, transformé, utilisé ici ?

La seconde modalité mobilisera des histoires et de cas concrets qui mettent en avant et interrogent la pertinence pratique et théorique de l’Environmental Justice pour les luttes et les revendications européennes. Comment faire exister les tensions et les questions que porte l’Environmental Justice en Europe, à partir de récits qui mettent sa pertinence à l’épreuve ?

Les intervenants

Erik Swyngedouw (Professor of Geography, Manchester University)

In the last thirty years, new insights have been generated by the environmental justice and urban political ecology movements, involving both activists and academics. Yet their political performativity remains unresolved. This raises questions about where to go from here?

Hélène Schmutz (Maître de Conférences, Université de Savoie, Chambéry).

L’utilisation du terme « Environmental Justice » dans le combat pour le maintien de la ferme de South Central à Los Angeles (1994-2006) et la circulation du concept entre la société civile et les instances gouvernementales.

Caroline Lejeune (Doctorante Science Politique – Sciences Po Lille)

Les mobilisations de la Zone de l’Union à Roubaix portées par des ouvriers, travailleurs sociaux et écologistes. La transformation ainsi que l’hybridation des revendications, jusque là éloignées d’enjeux écologiques, lorsqu’il s’est agi de se positionner sur ce projet d' »ecoquartier exemplaire ».

Jeanne Pourias (Docteure en agronomie et sciences de l’environnement AgroParisTech)

L’Europe du Sud est-elle un lieu d’émergence pour des luttes EJ? Des initiatives d’agriculture urbaine dans des quartiers délaissés de Séville, aux jardins populaires et collectifs de Paris, pour revisiter la question des inégalités d’accès à l’alimentation et le partage des connaissances.

 Programme Journee Environmental Justice Terrains en Lutte