Archives de catégorie : Séminaire

Des plantes à (re)cueillir Oct-Dec 2018

Au cours des cinq premières trajectoires de ces « Ecologies de Bruxelles » (Faire preuve face aux nuisances industriellesDéfendre les espaces vagues, Agricultures urbaines : pratiques et revendications , Vivre dans les ruines du capitalisme et Terrestrialités), de l’écriture de Terres des Villes ou de la journée Sols pollués, nous les avons sans cesse croisées sur notre chemin. Qu’elles soient indicatrices, rudérales, exotiques, colonisatrices, indigènes, envahissantes, remédiatrices, médicinales, comestibles, magiques, ou tout simplement « belles »…, les plantes se sont, discrètement mais obstinément, invitées sur la plupart de nos terrains d’enquêtes.

Pour cette sixième trajectoire, nous avons choisi de leur donner une place centrale dans la poursuite de notre questionnement sur les possibilités/nécessités de s’appuyer sur des connaissances et savoirs hérités pour vivre dans ce monde écologiquement dévasté. Les plantes conquièrent les ruines et les moindres anfractuosités, certaines s’accommodent de conditions extrêmes que nous, humains, appelons « pollutions » (concentrations élevées de substances organiques, chimiques, métalliques,… dans les sols ou l’atmosphère), elles s’hybrident, se croisent, se transforment pour résister, survivre, se disséminer, se déployer. Que sait-on de ces incroyables facultés et comment ce savoir s’est-il constitué ?

***

La connaissance des plantes a laissé de nombreuses traces dans les archives, les bibliothèques et les institutions scientifiques (jardins botaniques, musées,…), depuis les premiers traités antiques jusqu’aux inventaires floristiques récents en passant par les encyclopédies médiévales ou les premiers herbiers modernes. Ces traités, herbiers et inventaires, loin de refléter exhaustivement les relations de (re)connaissance que les humains entretiennent avec les plantes, constituent néanmoins le socle sur lequel des apprentissages s’accumulent et se transforment sans cesse. Les plantes y ont d’abord été décrites avec des mots, avant que les mots ne soient assortis de gravures et de dessins. Lorsque les techniques l’ont permis, les plantes ont aussi été conservées séchées, pressées entre des feuilles de papier. Plus récemment, elles ont pu être photographiées.

Ainsi, ces traités, herbiers, inventaires racontent, dans le langage de leur époque, les caractéristiques morphologiques des plantes, les lieux où elles se développent ou ont été observées, la manière dont elles se reproduisent ou sont reproduites, les usages que des humains en font pour la santé et la vie quotidienne, et les noms qu’on leur a donnés. Constitués en livres, en rapports ou en recueils, ils ordonnent les plantes selon une logique qui reflète la manière dont l’auteur essaye de les comprendre.

Au cours du temps, les manières dont elles ont été nommées ont donné lieu à de nombreuses équivoques et recoupements jusqu’à ce qu’au milieu du 18e siècle, la nomenclature proposée par Carl von Linné, régulièrement revue et adaptée depuis lors, s’est imposée internationalement, et permet aujourd’hui d’identifier les plantes d’une manière partagée. Par contre, cette nomenclature, qui introduit un classement par familles reposant sur l’observation des caractéristiques morphologiques et modes de reproduction des plantes à l’œil nu, puis au microscope, est aujourd’hui remise en cause par les connaissances génétiques.

Les traités, herbiers et inventaires traduisent aussi une certaine prépondérance que la pensée occidentale moderne a conférée aux listes, à la classification et au découpage du monde, phénomène accentué par les conquêtes coloniales qui engagèrent de nombreux Etats européens, compagnies commerciales et institutions savantes dans l’édification d’un « inventaire du monde connu » souvent à des fins « profitables ».

De L’Histoire naturelle de Pline l’Ancien rédigée au Ier siècle de notre ère au Livre des arbres et des arbrissaux de Pierre Lieutaghi publié en France pour la première fois en 1971[2], en passant par le Cruijdeboek de Rembert Dodoens[3] édité dans les anciens Pays Bas du 16e siècle, il serait faux de dire que les pratiques ou les territoires sont absents de ces formes de connaissances. Ils transparaissent ici et là et donnent parfois accès au point de vue de celui qui recueille. Les liens entre exercice de la botanique et naissance de l’écologie sont par ailleurs historiquement bien attestés. Mais le plus souvent, dans l’entreprise savante occidentale, les pratiques, les relations que des humains ont entretenues ou entretiennent avec les plantes, les territoires sont effacés alors même que, de multiples manières, ils ont servi à l’élaboration de ces inventaires. Des connaisseurs des plantes de tous les continents, femmes et hommes, appartenant à des milieux sociaux, culturels… tout à fait différents ont contribué, comme éclaireurs, informateurs, à leur insu ou de leur plein gré, à l’entreprise de fabrication de cette connaissance qui circule et se partage de manière codifiée dans le monde d’aujourd’hui[4].

Même si, au cours du 20e siècle, Richard Evans Schultes (1915-2001), André Georges Haudricourt (1911-1996) ou François Couplan (1950-) – pour ne citer que certains ethnobotanistes – ont travaillé à diffuser et raviver quantité de savoirs qui avaient été mis de côté par les études botaniques, force est de constater que les inventaires, les listes, et plus récemment les chiffres, occupent dans l’Occident moderne une place toujours centrale, parfois contestée mais rarement ébranlée. Ces inventaires et manières de construire les connaissances servent et alimentent des politiques de santé, des politiques culturelles, des politiques territoriales. Par exemple, le catalogue de variétés de semences autorisées à la vente, ou les listes de plantes invasives européennes s’imposent aux pratiques locales, dans les champs, les friches ou les aménagements urbains. Ils occultent des relations entre humains, plantes et territoires qui sont peut être justement à même de nous aider à « revenir sur terre »[5], dans nos manières de transformer nos lieux de vie et de partager nos connaissances.

Pour autant, nous ne voudrions pas évacuer trop vite ces inventaires mais plutôt essayer de comprendre et de ramener à l’intérieur du geste classificatoire quelque peu « extractif » (c’est-à-dire qui « extrait » les plantes de leurs relations multiples) qu’ils opèrent, les pratiques bien ancrées qui l’entourent et le précèdent : arpentages, excursions, cartographies, atlas… Pourquoi aujourd’hui, nous inventorions et listons encore, et quelles sont les questions qui se posent ou se sont posées à ceux et celles qui inventorient et listent. Autrement dit, pourquoi et comment cueille-t-on et recueille-t-on les plantes encore aujourd’hui ? La question est d’autant plus intrigante – et impérieuse – que la plus grande part de la recherche consacrée aujourd’hui aux plantes est déterminée par une course à la reconnaissance et à l’exploitation de leurs propriétés « utiles » et que dans ces « laboratoires », les territoires, les biotopes, les paysages, comme beaucoup de ceux qui les peuplent, humains comme non-humains, n’ont plus tellement de place ou de rôle à jouer.

Ainsi, les invité.e.s des séances de cette trajectoire nous feront part de leurs pratiques ou des enquêtes qu’ils et elles ont menées au sujet de l’art présent ou passé de « re-cueillir » les plantes.

***

Programme

Dimanche 7 octobre 14h00 – 16h30 

Excursion botanique le long du Quai des Péniches avec Jean-François Olivier de l’Association pour l’Etude de la Floristique (AEF).

Nous commencerons la trajectoire en nous joignant au rendez vous bimensuel de cette association de naturalistes bénévoles. Nous participerons à leur tentative d’inventorier exhaustivement les plantes présentes dans un lieu choisi. Beaucoup de noms latins fuseront, certaines plantes seront reconnues à première vue, parfois, il faudra quand même sortir la loupe ou la flore pour identifier une plante, tout sera noté. Pas de connaissances botaniques préalables requises, nous serons guidé.e.s !

Max. 15 personnes, inscription nécessaire : ecobxl@collectifs.net

Jeudi 18 octobre 14-17h

ULB, Maison des Sciences humaines

Sarah Erman (KUL/Paris Sorbonne) : « Femmes, genre et botanique à Bruxelles (1870-1940) ».

Jeudi 15 novembre, 12h30-14h

Projection de « Paul Jovet, un botaniste dans la ville », un film d’Eric Cloué (France, 1983, 47mn, Super 16mm digitalisé).
à l’université Saint Louis, salle 4015 (accès par le parking au 119 rue du Marais, porte tout de suite à gauche après la barrière, puis ascenseur jusqu’au 4ème étage)

Nous prévoyons des sandwichs, prévenez-nous donc de votre venue en écrivant à ecobxl@collectifs.net !

Jeudi 15 novembre 14-17h

« Wood Wide Web » fait pousser une forêt à Bruxelles… mais quelle forêt ? Pour quoi faire ? Qui la fait pousser ? « Nous » ?

Priscille Cazin, cheville ouvrière du projet, profitera de l’après-midi pour nous emmener dans la forêt de Bruxelles et, si vous le voulez, y ajouter un arbre… celui que vous apporterez soit avant la séance, soit en séance, en s’inspirant de l’invitation qui nous est faite : https://woodwideweb.be/fr/

à l’Université Saint Louis. Attention, la salle a changé ! Ce sera salle 4015

accès par le parking au 119 rue du Marais, porte tout de suite à gauche après la barrière, puis ascenseur jusqu’au 4ème étage.

Jeudi 6 décembre 13h30-16h30

Rencontre avec Sidonie Preiss et Lien Speleers sur leur lieu de travail à l’Institut Royal de Sciences Naturelles de Belgique (IRSNB) : Rue Vautier 29, 1000 Bruxelles.

Elles partageront avec nous leurs investigations à partir d’échantillons de sédiments issus de fouilles archéologiques. Cécile Wastiaux (Association pour l’Étude de la Floristique) qui a contribué à la constitution de la banque de graines contemporaines avec laquelle elles travaillent, les accompagnera pour en parler. L’atelier archéobotanique qu’elles nous proposent s’intitule : « De la graine aux champs et de la graine à l’assiette : une autre manière d’approcher l’Histoire ».

Pour cette séance, le nombre de places pour est limité : merci de vous inscrire en écrivant à ecobxl@collectifs.net.

Quelques lectures possibles

Lucille Allorge, La fabuleuse odyssée de plantes :  Les botanistes voyageurs, les Jardins des plantes, les Herbiers Paris, Hachette littératures Pluriel, 2009.

Samir Boumediene, La colonisation du savoir. Une histoire des plantes médicinales du « Nouveau Monde » (1492-1750), Vaulx-en-Velin, Éditions des Mondes à faire, 2016.

Aurélien Gabriel Cohen, « Le végétal, savoirs et pratiques, usages des oxymores pratique des lisières » dans Cahier Philosophiques n° 152, 2018.

Emilie Hennot et al., Cueillette buissonnière dans le bocage. L’usage populaire des plantes sauvages en Thiérache -Pays de Chimay, Aquascope de Virelles, 2015.

Jean-Paul Deléage, Une histoire de l’écologie, Paris, Seuil, 1994.

André-Georges Haudricourt, « Une discipline nouvelle : l’ethnobotanique », Les Cahiers rationalistes 158 (novembre 1956) [réédité en 1986 à La Manufacture, Lyon].

Pierre Lieutaghi, Le Livre des arbres et des arbrissaux, Paris, Actes Sud, 2004 [1971].

Pierre Lieutaghi, La Plante compagne : pratique et imaginaire de la flore sauvage en Europe occidentale, Arles, éditions Actes Sud, 1998 (nouvelle édition).

Nathalie Machon, Sauvages de ma rue, guide des plantes sauvages des villes de France, Paris, éditions Le Passage et Muséum National d’Histoire Naturelle, 2016.

Valéry Malecot, « La botanique : de l’inventaire du 18e siècle à la phylogénie du 21e siècle », Bulletin de l’Académie des Sciences et Lettres de Montpellier, 48, 2, 2017.

Audrey Muratet, Myr Muratet et Marie Pellaton, Flore des friches urbaines, Paris, Editions Xavier Barral, 2017.

Natasha Myers, « Conversations on Plant Sensing : Notes from the Field », NatureCulture, 2015.

Émilie-Anne Pépy, « Décrire, nommer, ordonner. Enjeux et pratiques de l’inventaire botanique au XVIIIe siècle », Etudes rurales, 195, 2015/1 Les mondes des inventaires naturalistes.

Jean-Baptiste Saint-Lager, « Histoire des Herbiers », Annales de la Société botanique de Lyon, tome 13, Notes et Mémoires , 1885-1886, pp. 1-120.

 Le séminaire « Ecologies de Bruxelles » est organisé dans le cadre du projet « Un nouvel hinterland ? », mené conjointement à l’Université Libre de Bruxelles et à l’Université Saint-Louis Bruxelles, et financé par Innoviris .

[2] Pierre Lieutaghi, Le Livre des arbres et des arbrissaux, Paris, Actes Sud, 2004 [1971]

[3] Rembert Dodoens, Cruydeboeck, Anvers, 1554.

[4] sur ces aspects, l’ouvrage de Samir Boumediene La colonisation du savoir. Une histoire des plantes médicinales du « Nouveau Monde » (1492-1750), Vaulx-en-Velin, Éditions des Mondes à faire, 2016) est très éclairant.

[5] En référence à la trajectoire précédente de notre séminaire intitulée Terrestrialités.

Terrestrialité

Le front de la modernisation est né avec la construction des Etats européens, l’avènement des sciences modernes et la colonisation entre les 15e et 17e siècles ; il a profondément transformé nos rapports aux territoires. Ce diagnostic date. Peut-être remonte-t-il à l’éclosion des mouvements de libération dans les pays colonisés, ces années où l’on a plus ou moins cessé d’exotiser les rapports « autres » au territoire pour insérer ceux-ci dans une histoire longue de conquêtes et de dévastations. Peut-être a-t-il été posé dès le départ, depuis le début de la colonisation, grâce à ceux et celles qui sont resté.e.s attaché.e.s aux territoires non modernes et qui ont dénoncé la destruction de ceux-ci, l’éviction des peuples qui les habitent, autant d’opérations menées au nom du développement et du progrès, et ce encore aujourd’hui. Peut-être aussi ce diagnostic s’est-il appuyé sur les résistances locales au déploiement de la révolution industrielle. En tout cas, rares sont ceux et celles qui contesteraient le fait suivant : la modernisation repose sur une rupture des liens avec le terrain vivant et avec les autres êtres dont nous dépendons ; elle a inséré des prothèses de plus en plus nombreuses entre les humains et la terre pour, in fine, rendre les premiers – ceux qui se sont considérés comme vainqueurs – insensibles à la destruction de la seconde.

Le constat a été largement étayé et documenté. Il y a ceux et celles qui attirent l’attention sur l’abstraction du territoire c’est-à-dire sur l’imposition par l’envahisseur et/ou le capitaliste d’une terra nulla qui est une terre conçue comme vide a priori, comme simple espace euclidien, métrique et aliénable. Cela nous mène des travaux de Henri Lefebvre et de Michel de Certeau dans l’après-guerre à ceux de William Cronon et de Deborah Bird Rose aujourd’hui, pour ne citer que quelques auteur.e.s, tant le thème est présent.

Il y a celles et ceux qui s’en prennent plutôt à la compartimentalisation et la division hiérarchique du terrain de vie, entre les sphères économique et sociale, les règnes du vivant et de la matière morte, les domaines de la culture et de la nature, … et autres coupures historiques qui ont peu à peu détaché les humains modernes des lieux et pratiques de subsistance. A ce sujet, voir les écrits de Karl Polanyi jusqu’à ceux d’Anna Tsing aujourd’hui, en passant par Carolyn Merchant et Donna Haraway, parmi beaucoup d’autres.

Il y a ceux et celles qui abordent la question des structures symboliques, ontologiques et cosmologiques qui formatent les rapports au territoire de façon à favoriser ou non les liens affectifs aux matières et autres êtres vivants. Ces auteur.e.s mettent l’emphase sur le façonnage de véritables « mondes » divergents (nous pensons aux travaux de Philippe Descola, revisitant ceux de Claude Levi-Strauss, mais aussi à l’ouvrage récent de Nastassja Martin).

Trois mots-clés donc – abstraction, division, représentation – qui nous introduisent à chaque fois dans un champ d’enquêtes passionnantes sur les territoires et qui nous permettent de mieux articuler, de mieux saisir, l’insensibilité si caractéristique des rapports (modernes) à l’environnement.

Mais aujourd’hui, il nous semble que ces écrits montent d’un cran leur caractère prescriptif. De nombreux auteur.e.s et acteur.e.s en appellent à développer une sensibilité au territoire, à expérimenter d’autres rapports aux vivants, à augmenter la capacité à observer, à retisser des attaches et, en somme, à revenir sur terre (voir les traductions des livres d’Eduardo Kohn et de David Abram, l’anthologie sur l’éco-féminisme d’Emilie Hache ou le dernier livre de Bruno Latour, tous publiés entre 2013 et 2017). Un déplacement a lieu, comme le font remarquer les auteur.e.s d’A nos amis (2014) : « Il a fallu déserter le rituel des contre-sommets […] pour s’attacher aux territoires vécus » (pp. 228-229). Ces auteur.e.s précisent qu’ils, elles, sont nombreux.ses à avoir réussi à s’arracher de l’abstraction du global mais qu’il leur faut maintenant apprendre à résister à l’attraction du local (tout en ne lâchant pas les territoires). Voilà un beau point de départ pour notre séminaire c’est-à-dire qu’il s’agit là d’une question qui nécessite de l’élaboration collective : comment apprendre à s’attacher au territoire vécu c’est-à-dire à le cultiver, à l’aimer et à le défendre, sans se fermer sur, ni cloisonner, ce même territoire ? Comment apprendre à le faire sans prétendre savoir à l’avance quels sont ces territoires auxquels on est attaché.e, ni le sens que prennent les termes de « local » ou de « global » précisément ? Qui plus est, comment le faire dans les villes dont le territoire procède, plus que partout ailleurs, de la modernisation ?

Nous proposons d’y répondre en nous intéressant à la terrestrialité c’est-à-dire à l’ensemble des qualités de ce qui est terrestre[i]. Ces qualités sont encastrées, pliées, dans nos lieux de vie mais il faut apprendre à les voir, à les déceler, à les apprécier, et ainsi à terrestrialiser les descriptions et les enquêtes territoriales. Selon nous – c’est une découverte amenée par les recherches menées dans les potagers et les visites organisées l’année passée[ii] – une des pistes consiste à apprendre à reconsidérer des champs de savoir et de savoir-faire qui ont été largement sous-estimés, écartés, dénigrés, évincés,… parce que n’étant pas assez critiques ou politiques aux yeux des militant.e.s et des chercheurs en sciences humaines. Il s’agit de l’histoire populaire, de l’archéologie locale, du folklore et de l’étude des us et coutumes mais aussi de la botanique, des observations des naturalistes, des rapports des ornithologues ou des écrits que les Américain.e.s états-unien.ne.s appellent la nature writing. Le séminaire mise sur ces savoir-faire le plus souvent populaires et pratiqués par des amateurs parce qu’ils offrent des descriptions minutieuses capables d’épaissir les rapports aux territoires. La botaniste tout comme le folkloriste décèle des qualités, de l’agentivité et des histoires supplémentaires dans les lieux de vie.

Concrètement, nous proposons d’explorer la différence que peuvent faire ces savoir-faire dans le rattachement, les luttes et les enquêtes de récupération des terrains de vie en détectant plus précisément : (1) à quels usages et pratiques territoriales ils pourraient nous rendre sensibles ; (2) à quels héritages et histoires du passé ils pourraient nous introduire ; (3) dans quelle mesure la connaissance et les attaches terrestres permettrait d’opposer à la planification moderne, un territoire habité et valorisé autrement. Le séminaire démarre avec une séance de lecture et de problématisation. Puis suivent trois séances de présentation d’enquêtes menées dans des territoires menacés, où les savoir-faire populaires ont été, sont ou pourraient être en jeu. Nous terminons par un atelier où nous tenterons une expérience d’écriture et/ou d’enquête terristrielle sur des territoires et des cas qui auront émergé tout au long du séminaire : comment se rendre sensible au territoire ? 

Programme

  • Lundi 19 février 14h-17h, à l’USL-B : séance de problématisation et de présentation de lectures autour de la notion de « Terrestrialité », organisée par Chloé Deligne et Benedikte Zitouni, membres du groupe Ecologies de Bruxelles. Cette séance aura lieu au local 4015 à l’Université Saint-Louis Bruxelles, boulevard du Jardin Botanique 43, 1000 Bruxelles.

Deux extraits de la séance:

  • Lundi 5 mars 14h-17h, à l’ULB : Alèssi Dell’Umbria présentera ses recherches menées au Mexique, en France et en Italie. Ainsi, il est l’auteur d’une histoire populaire de Marseille, d’un livre sur le rituel napolitain de la tarentelle ; il a préfacé Mexique profond et réalisé le film Le vent de la révolte (voir la fiche de lectures). Cette séance aura lieu dans la salle de réception à la Maison des Sciences Humaines de l’ULB, avenue Depage 1, 1050 Bruxelles.
  • Jeudi 19 avril 14h-17h, à l’ULB : Juliette Woitchik présentera sa recherche sur les multiples rapports et dépendances des populations indigènes, métisses, citadines, au fleuve Rio Doce au Brésil et la manière dont les connexions au fleuve se reconfigurent depuis que celui-ci a été gravement atteint par l’écoulement de boues toxiques et la rupture de barrages de Bento Rodrigues, en novembre 2015. Cette séance aura lieu dans la salle de réception à la Maison des Sciences Humaines de l’ULB, avenue Depage 1, 1050 Bruxelles.
  • Mercredi 16 mai 14h-17h, à l’USL-B : Samir Boumédienne présentera ses recherches sur la colonisation et la possible décolonisation des savoirs du vivant, et plus particulièrement la question de la dépossession des savoirs concernant les plantes médicinales. Il est l’auteur de La Colonisation du savoir: une histoire des plantes médicinales du « Nouveau monde » (1492-1750) (voir la fiche de lectures). Cette séance aura lieu au local 6007 à l’Université Saint-Louis Bruxelles, boulevard du Jardin Botanique 43, 1000 Bruxelles.
  • Jeudi 31 mai 14h-17h, à l’USL-B : Atelier d’enquête et/ou d’écriture où il s’agira d’explorer la terrestrialité. Le contenu ainsi que le dispositif seront élaborés en cours de route, tout au long du séminaire. Cette séance aura lieu au local 4015 à l’Université Saint-Louis Bruxelles, boulevard du Jardin Botanique 43, 1000 Bruxelles.

Pour ceux et celles que cela intéresse plus particulièrement, voici une liste d’écrits et de récits dans lesquelles nous irons puiser pour la première séance, en plus des références bibliographiques.

Fiche de lectures

Au plaisir d’échanger avec vous,

L’équipe Ecologies de Bruxelles

[i] Cf. la communication de François Thoreau 2015, « Les exigences de la « terrestrialité » : une épreuve pour l’enquête », en ligne.

[ii] Le résultat des enquêtes menées dans les potagers paraîtra en avril 2018 dans un livre intitulé Terres des villes, aux éditions de l’éclat. Pour les visites, voir la trajectoire 4 du séminaire : « Vivre dans les ruines du capitalisme ».

Vivre dans les ruines du capitalisme

Après une pause d’un semestre, nous avons le plaisir de vous inviter à la quatrième trajectoire du séminaire « Écologies urbaines », qui nous accompagnera dans une nouvelle étape de deux ans de recherche sur les sols bruxellois.

Maintes fois documentées, les logiques de profit du capitalisme se nourrissent de l’exploitation industrielle des ressources planétaires et de la mise en concurrence des territoires. Dans les sillons de ces histoires multiples et toutes singulières, nous héritons souvent de terres polluées ou mutilées, de régions abandonnées, de décharges, de paysages dévastés parfois soi-disant compensés : ce sont les ruines du capitalisme.

Ces ravages nous éloignent d’une représentation idéalisée de la nature et apparaissent comme des obstacles au développement de relations et de pratiques relevant de l’écologie, telle l’agriculture et la conservation notamment. Pourtant on ne saurait se satisfaire de la simple disqualification de ces territoires ni de “compensations” sur d’autres territoires jugés, quant à eux, purs. Pour tenter de remédier à ces héritages, il nous faut certainement composer avec eux, et accepter de faire vivre leurs traces. Vivre dans les ruines du capitalisme, c’est donc accepter de s’engager avec ces ravages, pour trouver avec eux des formes de relations ni stigmatisantes ni romantiques ou nostalgiques, mais des relations dont on peut continuer à apprendre.

Lors de cette trajectoire, nous visiterons des sites qui posent directement la question de cette disqualification et de leur compensation. Nous y rencontrerons des acteurs qui les ont réinvestis, ré-habités, voire réhabilités à leur manière, négociant pour ce faire avec les matières existantes et les forces en présence, y compris leurs toxicités. Ils nous raconteront leur façon de vivre dans ces ruines, et comment ils travaillent à redynamiser le vivant, envisageant ces toxicités non pas comme un phénomène lointain ou un problème à repousser, mais comme exigeant une diversité de savoir-faire et de manières d’envisager le passé et l’avenir de ces sites, la matérialité des sols et les attachements qui les peuplent aujourd’hui.

Nous proposons donc trois visites de terrain où nous appréhenderons et interrogerons ces sites de manière sensible, en s’y promenant. Ces balades seront suivies d’une réflexion collective en salle à Bruxelles, où nous discuterons de ces trois cas de manière croisée.
Nous vous invitons, dans la mesure du possible, à assister à un maximum de rendez-vous. Pour que nous puissions organiser un transport groupé pour se rendre aux visites, merci de vous inscrire avant le 1er mars 2017 en écrivant à l’adresse de l’équipe : ecobxl@collectifs.net.

PROGRAMME :

Mercredi 22 Mars 2017 après-midi : Les Fochalles, Rochefort
Fred Dupont nous guidera à travers la petite et la grande Fochalle (ravin en wallon) où furent déversés illégalement, entre 1984 et 1996, des milliers de m³ de déchets toxiques d’origine industrielle et domestique. Sur ces terrains privés, la Fondation Les Fochalles, reconnue d’utilité publique, et le mouvement Clanic (plateforme d’éducation permanente privée regroupant plusieurs centaines d’asbl, aisbl, et fondations) organisent depuis plusieurs années la dépollution progressive du site en s’appuyant sur les principes de la permaculture. Ils nous raconteront comment leurs manières de réinvestir ces terres souillées s’infiltre dans des brèches ou au contraire se heurte à des manières de faire plus instituées.
Départ collectif de Bruxelles à 12h et retour vers 19h (plus d’infos logistiques à suivre)

Dimanche 30 avril 2017 après-midi : Doel
Benjamin Vergauwen nous guidera dans le musée PolderMAS qu’il a cofondé, un musée d’archéologie et d’histoire qui rassemble des objets de la rive gauche de l’Escaut sacrifiée au développement du port d’Anvers. Plusieurs villages sont en effet considérés comme étant des zones « invivables », ou ont été récemment inondés pour cause de compensations écologiques ; et tout cela pour faire place à l’installation d’un nouveau bassin pouvant accueillir des porte-conteneurs. Les projets de l’administration étant retardés par des actions en justice, la zone vit aujourd’hui un entre-deux, entre retour à la nature et future zone industrielle. PolderMAS participe de la résistance menée par les habitants de la zone dévastée depuis trois générations (www.Doel2020.org), et à s’insérer dans l’entre-deux, en gardant la trace matérielle des mondes menacés afin de ne pas les lâcher aujourd’hui et dans l’avenir. Le musée organise des discussions, projections, actions de conservation (notamment des arbres essentiels pour la polderisation) et autres encore. Nous visiterons le musée et les alentours. Il sera question de de compensations et de manières de faire mémoire pour résister à l’évidence de l’industrialisation.
Départ collectif depuis Bruxelles prévu à 13h, retour vers 18h : Promenade de deux heures sur place suivie d’une visite du musée. Enfants et famille bienvenus. Places néanmoins limitées, merci de vous inscrire au plus vite.

Lundi 15 mai 2017, matin : Les Terrils de Charleroi
Nous parcourrons un bout du chemin de la ‘boucle noire’ qui suit l’empreinte des paysages crées par l’exploitation des mines de charbon, relie six terrils, longe des quartiers défavorisés, traverse la Sambre et rejoint un Ravel. Micheline Dufert et Francis Pourcel nous accompagneront, depuis la gare de Charleroi, sur le sentier qu’ils ont débroussaillé à la main pendant deux ans. Le chemin a permis une appropriation de la périphérie ouest de la ville où les traces du passé industriel sont les plus marquées. Il a par la suite été reconnu par l’association de grande randonnée et relié au sentier GR412, dit « Trans-terrillienne » en 2012.
Départ collectif de Bruxelles à 9h et retour vers 14h, lunch sur place (plus d’infos logistiques à suivre)

Lundi 29 mai 2017, 9h30-12h30 : Séance de synthèse à l’ULB
Nous reviendrons sur les trois visites de manière transversale, et échangerons impressions et points de vue sur ce que ces manières de vivre avec nous apprennent, et comment elles font circuler à nouveau des possibles.

Ecologies de Bruxelles 4_trajectoire ‘Vivre dans les ruines du capitalisme’

Défendre les espaces vagues

Pour ce second semestre de 2015, nous proposons de travailler autour de la question du rapport entre espaces urbains et écologie. Un vaste programme, que nous souhaitons axer autour de la nécessité de défendre, préserver et exiger des espaces « vagues » en ville. Friches, espaces interstitiels, verts, non-productifs,… ces espaces sont toujours des lieux d’apprentissages, d’expérimentations, de liberté, mais aussi des espaces sans cesse mis en tension avec un « autre chose » plus utile: logements, équipements, infrastructures, et peut-être bientôt agriculture urbaine, etc.

Combien de fois ne rejoue-t-on pas un débat infernal entre « espaces verts » et logements, accusateurs pour ceux qui osent défendre des espaces perdus? Comment se défaire de ces oppositions infernales, et pouvoir défendre des espaces interstitiels, vagues, « improductifs » (d’ailleurs que revêt ce terme?) sans entrer dans une logique qui tente à tout prix de valoriser l’espace vert dans une logique de développement et de planification urbains ? Comment lutter contre ces captures des terres, et retrouver leurs puissances propres, sans pour autant perdre de vue la complexité des rapports qui se tissent autour d’eux?

Nous ne sommes pas les seuls à nous préoccuper du sol et de ses devenirs, en ville comme ailleurs. Du « Soil Peak » qui pose la question du déclin des terres agricoles au Land Grabbing où de vastes étendues sont appropriées par des multinationales de l’alimentation, comment penser encore les rapports de ces terres
urbaines à l’écologie?

Programme

Mercredi 30 septembre : séance de lancement et d’introduction: travail collectif autour du thème de la défense d’espaces vagues, improbables ou difficiles à défendre à partir de Camping Paradiso (2015) de Barbara Van Dijck et Els Vervloesem. Cet ouvrage est un travail ethnographique se servant de la photographie et de la fiction pour parler de ce qu’on appelle « l’habitat permanent ».
14h-17h Université Saint-Louis – Local P50, 5e étage, entrée préfecture.

Mercredi 21 octobre : nous recevrons l’artiste-botaniste Liliana Motta, du Labo du Dehors, un groupe d’action et de réflexion qui propose une nouvelle philosophie de la pratique jardinière et du projet de paysage à Paris, pour une intervention sur son travail sur les plantes « invasives ».
Depuis son introduction il y a plus d’un siècle en Europe, les plantes « Polygonum » sont perçues comme un véritable désastre pour « l’ordre végétal » établi. Alors qu’elles pourraient aussi bien être considérées comme un apport à l’ensemble du vivant, leur réputation de « mauvaise herbe » les précède. Pour penser autrement le vivant, Liliana Motta publie et organise de nombreuses conférences sur cette famille botanique mal comprise et rend justice à toute la dimension positive de l’adaptation et à la formidable plasticité du vivant.
14h-17h, Salle S15-215, ULB – bâtiment S – 15e étage – entrée par l’Avenue Jeanne 44.

Mercredi 18 novembre : nous recevrons Rémi Eliçabe & Amandine Guibert, du Groupe Recherche ACtion, GRAC (Lyon), intervention sur leurs dernières recherches en cours autour des murs à pêches de Montreuil.
Construits au XVIème siècle pour faciliter et accélérer la maturation des pêches vendues ensuite sur les marchés de la capitale, les « murs à pêches » ont été laissés à l’abandon après que l’activité horticole ait décliné au cours du XXème siècle Leur enquête porte sur la multiplicité des pratiques qui se développent au sein de ces « murs à pêches » (pratiques de conservation et de patrimonialisation, de dépollution, de loisir, de production alimentaire, ornementales, domestiques, artistiques…), et à la manière dont celles-ci mettent en
question les modèles urbanistiques de la « nature en ville ».
14h-17h Université Saint-Louis – Local P50, 5e étage, entrée préfecture.

Mercredi 16 décembre : nous recevrons Matthew Gandy, geographe à l’University College London, intervention sur les terrains vagues (wastelands) et la nécessité de défendre ceux-ci. Ses travaux sur les wastelands approchent ceux-ci comme des refuges écologiques, mais aussi comme des lieux accidentels  d’expérimentations culturelles et scientifiques.
14h-17h Salle Arthur DOUCY, ULB – bâtiment S – 12e étage – S12.123- entrée par l’Avenue Jeanne 44.

« Faire preuve » face aux nuisances industrielles

Historiquement beaucoup de luttes ont eu tout d’abord à montrer l’existence réelle d’un problème, qu’il soit sanitaire ou autre. Il était souvent nécessaire de faire reconnaître qu’une situation déviait d’une norme, augmentant le nombre de cas d’une maladie par exemple.

Un des cas emblématiques de ce travail de la preuve fut celui de « Love Canal » aux Etats-Unis, où une banlieue entière a été construite sur un site d’enfouissement de déchets toxiques, donnant lieu à d’impressionnants problèmes de santé. Ce cas, parmi d’autres, est également initiateur de la question de la justice environnementale, liant les questions de pauvreté et d’écologie.

Mercredi 11 mars, 14h30 – 17h30 à l’Université St-Louis Bruxelles
Love Canal, introduit par Nicolas Prignot & Benedikte Zitouni

_____

Nous travaillerons ensuite deux textes d’historiens de l’environnement, ayant travaillé sur des crises anciennes, qui montrent à quel point la prise en compte de notre environnement n’est pas une invention des années ’60. Nous recevrons Jean-Baptiste Fressoz et Alexis Zimmer. Tous deux ont exploré comment des cas peuvent être oubliés, ou ignorés, ce qui rend les luttes toujours plus insignifiantes.

Mercredi 1er avril, 14 -17h à l’Université Libre de Bruxelles
Le brouillard mortel de la Meuse (années 1930), par Alexis Zimmer

_____

Jeudi 30 avril, 13 -16h à l’Université Saint-Louis Bruxelles
L’industrie chimique et la compensation des dommages environnementaux au 19e siècle, par Jean-Baptiste Fressoz

_____

Mercredi 20 mai, 14h30 – 17h30 à l’Université Libre de Bruxelles
Le cas de Mellery et autres histoires bruxelloises : atelier d’écriture

Engis - copie

Nous proposons également d’explorer un cas belge récent : celui de la décharge de Mellery, qui servit pendant des années de site d’enfouissement illégal de déchets industriels. Nous aimerions faire de ce cas ou d’autres qui seraient évoqués lors des séances précédentes l’objet d’une expérience d’écriture collective. Nous travaillerions donc ensemble à partir de quelques textes, de quelques bribes et archives, afin d’explorer la possibilité de rendre à nouveau le cas de Mellery politique et ainsi ne pas le renvoyer à une simple anomalie qui a été réglée une fois pour toutes.

Les écrits (anonymes) des participants: