L’équipe

Chloé Deligne, Université Libre de Bruxelles, LIEU

Le Laboratoire interdisciplinaire en Etudes urbaines, le LIEU, regroupe des géographes, historiens, architectes et urbanistes, sociologues et spécialistes des arts et de la littérature qui se passionnent pour les questions urbaines.

Les villes sont au cœur d’enjeux contemporains renouvelés, et les transformations récentes du déploiement de l’urbain (il n’y a plus aujourd’hui d’espaces sans rapport avec lui) ont considérablement renouvelé les perspectives sur les l’étude des villes, en obligeant à l’interdisciplinarité. Morphologie et matérialité, composition sociale et démographie, structures politiques et activités économiques, réseaux de sociabilités et cloisonnements, héritages et transformations, cultures et sub-cultures… s’entrechoquent ou s’entrelacent pour faire des villes des nœuds qui résistent aux analyses univoques ou simplistes. Le LIEU s’intéresse à ces matières en cherchant aussi à mettre en lumière les tensions à l’œuvre dans la production des espaces urbains, en s’intéressant aux sociabilités, aux luttes et aux expériences minoritaires (présentes et passées) dans les villes. Le LIEU est un espace de rencontre des connaissances et des savoirs sur la ville y compris ceux produits en dehors du monde académique (par des associations, des administrations, des entreprises privées…). Outre ses travaux et séminaires internes, il organise des séminaires de recherche ouverts, des visites de terrains et se veut un relais des débats publics.

LIEU

Chloé Deligne est docteure en histoire, diplômée en gestion de l’environnement et en géographie humaine. Chercheuse qualifiée du FNRS depuis 2006 et enseignante à l’ULB, elle consacre ses travaux à l’histoire des relations entre sociétés et environnements, en particulier les environnements urbains. A ce titre, elle collabore à différents programmes de recherche interdisciplinaires ou interuniversitaires en Belgique et en France (PAI, PIREN, PIRVE, ARC, Anticipate). Elle a publié plusieurs ouvrages consacrés aux ressorts et enjeux de grandes transformations de Bruxelles (Bruxelles et sa rivière, 2003 ; L’expo 58, un tournant dans l’histoire de Bruxelles, 2009).

Benedikte Zitouni, Universités Saint Louis à Bruxelles, CES

Le Centre d’Etudes Sociologiques existe depuis 1978 et a développé une expertise dans plusieurs domaines de recherche dont, pour ne mentionner que les domaines dont l’expertise nourrira ce projet, l’étude de l’action publique et collective, de l’engagement social et politique d’une part, et l’étude de la ville, des espaces urbains et de leur construction à travers les pratiques sociales, d’autre part. (Voir projets qui ont récemment émergé au croisement de ces deux domaines sous le point suivant.)

Le centre se veut généraliste c’est-à-dire qu’il offre aux chercheurs un environnement de travail où la complémentarité entre différentes méthodes, théories et techniques de recherche est favorisée et où l’interdisciplinarité et la collaboration avec d’autres centres de recherche est promue. Pour cela il s’appuie sur son grand nombre de chercheurs – une trentaine au total (académiques, chercheurs qualifiés, chercheurs contractuels, doctorants et post-doctorants) – et de leurs expertises variées.

Le CES présente deux particularités qui le marquent dans le paysage sociologique (bruxellois): il a toujours prôné l’articulation entre créativité théorique et fidélité empirique (l’empirisme y est valorisé) ; il a toujours privilégié l’implication des acteurs concernés. Ainsi, le CES a développé une méthode reconnue internationalement, la MAG ou méthode d’analyse en groupe, qui s’appuie sur les savoirs profanes et la mise en réseau des récits des acteurs afin de faire émerger un plan de problématisation plus pertinent.

La promotrice Benedikte Zitouni est active au CES depuis septembre 2012 lorsqu’elle y a succédé au poste du professeur Luc Van Campenhoudt. Avec le projet ici présenté, elle compte non seulement valoriser l’héritage du CES (empirisme, implication des acteurs) mais aussi, au croisement des deux domaines de recherche déjà évoqués (action collective & espaces publics) contribuer à développer un pôle de recherche et de réflexion autour de la question environnementale à Bruxelles.

Livia Cahn, USLB CES

Les atouts du chercheur sont sa formation – Livia Cahn a été formée en anthropologie urbaine à l’Université de Cambridge, puis à l’EHESS à Paris, et sa spécialisation l’a amenée à faire du terrain d’immersion dans des contextes métropolitains – ainsi que son expérience professionnelle qui témoigne de son engagement dans des contextes urbains très variés, de son enthousiasme pour la réalisation de projets interdisciplinaires réalisés en groupe.

Noémie Pons-Rotbardt, ULB LIEU

Formée en écoles d’Architecture et de Paysage, Noémie Pons-Rotbardt apporte à cette recherche une bonne connaissance des phénomènes urbains, particulièrement dans ses dimensions spatiales. Sa double pratique comme conceptrice et actrice associative l’ont amenée à participer à des formes très diverses d’actions dans et sur l’espace urbain, planifiées ou spontanées, relevant de l’appropriation collective, de collaborations interpersonnelles ou de démarches institutionnelles. Les sciences humaines, la recherche et la réflexion collective sont transversales à sa pratique depuis sa formation initiale jusqu’à ses activités d’aujourd’hui.

Nicolas Prignot, ULB LIEU

Nicolas Prignot a une formation de physicien et de philosophe. Il a travaillé comme chercheur à l’Institut de Gestion de l’Environnement et d’Aménagement du Territoire (IGEAT) et comme employé dans des associations de défense de l’environnement (parmi lesquelles Inter-Environnement Bruxelles). Il rédige une thèse en philosophie des sciences et de l’environnement à l’ULB. Il est donc tout à fait compétent pour traiter des problématiques que soulève ce projet, et apporter des perspectives scientifiques et philosophiques sur l’agriculture urbaine. De plus, il apportera également avec lui sa bonne connaissance du réseau d’acteurs bruxellois, mais également internationaux. Dans sa thèse, il aborde des questions liées à la pollution des sols et aux rapports entre sciences et société civile.

Alexis Zimmer